Statistique: Léger recul des écarts salariaux en Suisse
Publié

StatistiqueLéger recul des écarts salariaux en Suisse

Entre 2012 et 2014, les écarts salariaux ont diminué, tant entre les hauts et bas salaires qu'entre hommes et femmes.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Les salaires nominaux ont à peine augmenté entre 2012 et 2014 en Suisse, de 1,2% en moyenne (contre 3,2% de 2010 à 2012), selon l'enquête sur la structure des salaires (ESS) de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les écarts salariaux ont eux diminué, tant entre les hauts et bas salaires qu'entre hommes et femmes.

Le salaire médian, calculé l'an dernier pour toute l'économie privée, s'est situé à 6189 francs bruts par mois pour un emploi à 100%, a indiqué lundi l'OFS devant la presse à Berne. Cela signifie qu'une moitié des salariés a gagné plus que 6189 francs, l'autre moins.

Les écarts salariaux entre les hauts et les bas salaires ont diminué entre 2008-2014, d'un ratio de 2,8 à 2,6. Les 10% des salariés les moins bien rémunérés ont gagné moins de 4178 francs par mois (hausse salariale de 3,6% entre 2008 et 2014), alors que les 10% les mieux payés gagnent plus que 10'935 francs ( 9,1%).

Si le nombre de salariés ayant reçu des bonus a augmenté à 35,1% (contre 27,7% en 2008), ceux-ci ont baissé à 8347 francs - soit une chute d'environ 5000 francs en six ans.

Différences sectorielles

Alors que la taille des entreprises influence le revenu mensuel médian - qui passe de 5625 francs dans une entreprise de moins de dix salariés, à 6751 francs pour celles de 1000 personnes et plus -, le paysage salarial présente également de gros écarts selon les branches.

Les niveaux de rémunération sont clairement supérieurs dans les activités à forte valeur ajoutée comme les banques (9792 francs), l'industrie pharmaceutique (9694 francs), les services financiers (9549 francs), les assurances (8769 francs) ou la recherche et développement (9004 francs).

Au bas de l'échelle, on trouve notamment l'industrie alimentaire (5303 francs), le commerce de détail (4761 francs), l'hébergement et la restauration (4333 francs) et les services personnels (3910 francs).

(ats)

Votre opinion