12.03.2020 à 12:40

TransportsLéman Express: moins de suppressions de train

Les doubles rames en heures de pointe ne sont notamment toujours pas assurées sur le Léman Express mais la société Lémanis y travaille.

Mario Werren, directeur de la société Lémanis, revient sur les améliorations apportées depuis le début de l'exploitation du Léman Express.

Mario Werren, directeur de la société Lémanis, revient sur les améliorations apportées depuis le début de l'exploitation du Léman Express.

Keystone

La société Lémanis fait le point, près de trois mois après le démarrage difficile du Léman Express. Si les suppressions de trains ont fortement reculé, les doubles rames aux heures de pointe ne sont toujours pas assurées, note son directeur Mario Werren jeudi dans la «Tribune de Genève».

Les efforts de la task force réunissant les équipes CFF et SNCF produisent d’excellents résultats, «même si nous ne sommes pas au bout de nos peines», relève Mario Werren. Les doubles rames en heures de pointe ne sont notamment toujours pas assurées.

«Nous avons encore des soucis de ponctualité en bout de ligne, même si elle est en nette amélioration. La disponibilité insuffisante de conducteurs aux CFF provoque encore une situation très tendue à l’échelle nationale», explique le directeur de la filiale commune aux CFF et à la SNCF.

Rames suisses davantage disponibles

«Les suppressions de trains ont par contre fortement reculé ces deux dernières semaines, bien qu’il y ait encore des rebroussements à Mies au lieu de Coppet pour éponger les retards. Quant aux trains suisses Flirt, ils sont devenus beaucoup plus disponibles grâce au travail impressionnant des spécialistes dépêchés par Stadler et les CFF sur le site de Genève».

Interrogés sur les trains bondés en période d’épidémie, Mario Werren convient que ce n'est pas idéal, «d’autant que nous avons beaucoup de clients entre Coppet et Genève en particulier». Ces derniers jours, la société a «surtout eu des problèmes à fournir des doubles rames Regiolis (trains français), mais c’est en cours de résolution aussi».

«Nous travaillons d’arrache-pied pour assurer la capacité de transport. Et nous œuvrons pour mieux coopérer en cas de perturbation avec le Regio Express, qui peut prendre le relais du Léman Express en desservant des arrêts qu’il n’assurerait pas en temps normal», indique le directeur de Lémanis.

Affluence et virus

«Nous cherchons aussi à savoir si nous subissons une diminution de l’affluence en lien avec l’épidémie de coronavirus: pour le moment nous n’avons aucune instruction officielle allant dans le sens d'une restriction».

Depuis son lancement le 15 décembre, la ligne transfrontalière Léman Express a fait face à une accumulation de problèmes imprévisibles qui ont accru la pression, rappelle-t-il. Et de citer les mouvements sociaux en France, l'absence de répétitions générales sans oublier les soucis rencontrés avec le matériel roulant et dus à des phénomènes externes comme la météo.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!