Confidences - Lena Dunham: accro aux médicaments pour éviter de décevoir les gens
Publié

ConfidencesLena Dunham: accro aux médicaments pour éviter de décevoir les gens

L’actrice s’était habituée aux petites pilules miracles contre l’anxiété pour être au mieux de sa forme avec les autres, jusqu’au jour où…

Lena Dunham: «Et puis j’ai constaté que je devenais de moins en moins semblable à moi-même et, soudain, c’était comme si le sevrage n’était pas un choix pour moi.»

Lena Dunham: «Et puis j’ai constaté que je devenais de moins en moins semblable à moi-même et, soudain, c’était comme si le sevrage n’était pas un choix pour moi.»

Getty Images via AFP

Lena Dunham a été «poussée» à devenir sobre après avoir compris qu’elle était devenue trop dépendante des médicaments contre l’anxiété pour éviter de «décevoir les gens». La star de «Once Upon a Time… in Hollywood» a célébré trois ans de sevrage, après s’être débarrassée de son habitude de prendre des pilules sur ordonnance en 2018.

La créatrice de «Girls» a révélé à Drew Barrymore dans son talk-show qu’elle ne voyait initialement rien de mal à prendre les médicaments pour l’aider à se détendre lors des relations sociales. «Je me souviens juste avoir été tellement terrifiée à l’idée de décevoir les gens que vraiment pour moi, au début, je me disais: «Si je peux prendre ces médicaments et qu’ils me rendent plus semblable à moi-même, n’est-ce pas une meilleure chose?» a-t-elle raconté.

«Et puis j’ai constaté que je devenais de moins en moins semblable à moi-même et, soudain, c’était comme si le sevrage n’était pas un choix pour moi. J’y ai été poussée parce que j’ai découvert qu’il n’y avait pas d’autre moyen de retrouver la vie que j’aimais.»

«Ma fille, tu dois te ressaisir!»

La jeune femme de 34 ans a pris conscience qu’il fallait se battre contre elle-même. On pense «c’était un choix très zen. Du genre: «Tu sais quoi? Je pense que je vais juste avoir un mois de janvier sans alcool.» Et puis ça s’est transformé en un mois sans alcool tous les jours. Mais non, c’était plutôt du genre: «Ma fille, tu dois te ressaisir!»»

Lena Dunham a confié que ne plus dépendre des médicaments était «la meilleure chose» qu’elle n’ait jamais faite et s’est enthousiasmée des résultats sur sa vie sociale. «Je me sens bénie… Les meilleurs amis de ma vie sont nés de la sobriété.»

(Cover Media & LeMatin.ch)

Votre opinion