Hockey sur glace: L’énigme Ronalds Kenins
Actualisé

Hockey sur glaceL’énigme Ronalds Kenins

Malgré la victoire du LHC face à Zurich, l'ailier letton a posé plus de questions que donné de réponses.

On ne savait pas trop qu’attendre de Ronalds Kenins à son arrivée à Lausanne durant l’été. Il y avait ce palmarès (3 titres de champion avec Zurich), ce passage en Amérique du Nord (43 matches de NHL entre 2014 et 2016) et cette faculté à se montrer décisif, en témoignent ses 10 points personnels lors des derniers play-off. Mais il y avait aussi cette inconstance et donc quelques doutes sur sa capacité à agir en qualité de leader sur la longueur d’une saison. L’attaquant letton à licence suisse (27 ans) a commencé à les lever en signant son meilleur début de championnat en National League. D’un point de vue comptable (7 buts et 13 assists en désormais 28 rencontres) comme de l’impact dans le jeu, avec l’impressionnante puissance et les émotions qu’il dégage.

Des émotions toutefois tellement fortes qu’elles peuvent avoir tendance à rendre le personnage instable. Comme cela avait été le cas il y a cinq semaines, quand il avait été prié de quitter l’entraînement par son coach après avoir balancé sa crosse de rage dans les tribunes. Comme cela a été le cas samedi soir à Malley 2.0 face à Zurich, lorsqu’il a jeté les gants à la 13e minute de jeu pour aller faire comprendre à Maxim Noreau qu’il n’avait pas apprécié sa charge. Résultat: une expulsion précoce, six minutes après avoir déjà été à l’origine de l’ouverture du score de son ancienne équipe. Les événements n’ont au final pas eu de conséquence négative sur la soirée du LHC, qui a renversé le champion en titre (4-3) grâce notamment à un doublé de Joël Vermin et à un excellent troisième tiers (3-1). Mais ils ont rappelé combien Ronalds Kenins reste une énigme.

Votre opinion