Formule 1: L’enquête sur l’accident de Romain Grosjean a commencé
Publié

Formule 1L’enquête sur l’accident de Romain Grosjean a commencé

Les investigations liées au crash spectaculaire du pilote franco-suisse, dimanche au GP de Bahreïn, devraient prendre «entre six et huit semaines», selon la FIA.

Il appartient à la FIA de déterminer les causes exactes de l’accident survenu à Roman Grosjean dimanche au GP de Bahreïn.

Il appartient à la FIA de déterminer les causes exactes de l’accident survenu à Roman Grosjean dimanche au GP de Bahreïn.

AFP

L’enquête sur l’accident du pilote français Romain Grosjean (Haas), dimanche lors du GP de Bahreïn de Formule 1, a débuté et «devrait prendre entre six et huit semaines», a annoncé la Fédération internationale de l’automobile (FIA) ce jeudi.

Cette enquête «examinera chaque aspect, notamment les équipements de sécurité, comme le casque, le HANS (armature fixant le casque à l’appui-tête), le harnais de sécurité, la combinaison et les vêtements de protection, la cellule de survie (habitacle renforcé), l’appui-tête, le système d’extincteur embarqué dans la voiture et le halo (système de protection frontale du cockpit)», précise la FIA.

Elle «portera également sur la résistance du châssis et celle de la glissière de sécurité face à un choc de cette puissance et avec cette trajectoire (et) évaluera le rôle des commissaires de course et de l’équipe d’intervention médicale.»

Seront impliqués le promoteur de la F1, l’écurie Haas et le syndicat représentant les pilotes, le GPDA (pour Grand Prix Drivers' Association).

Vidéo «slow motion» à l’analyse

Diverses vidéos, «notamment d’une caméra ultrarapide qui fait face au pilote et filme 400 images par seconde pour révéler en «slow motion» (au ralenti) tout ce qui lui arrive pendant l’accident», l’enregistreur de données d’accident de la voiture, «qui indiqueront sa vitesse et les forces exercées», et «des accéléromètres auriculaires, adaptés au conduit auditif du pilote pour mesurer les mouvements de la tête lors d’un accident», seront analysés.

«Chaque année, le Département Sécurité de la FIA enquête sur une trentaine d’accidents graves survenus lors de courses sur circuit dans le monde, et cette enquête suivra la même procédure», est-il enfin indiqué.

(AFP)

Votre opinion

9 commentaires