Oscars 2016: Leo di Caprio: «J'en rêvais depuis mes 4 ans»
Publié

Oscars 2016Leo di Caprio: «J'en rêvais depuis mes 4 ans»

Après 25 ans de carrière, l’acteur de 41 ans a enfin été sacré. Rencontre.

par
Henry Arnaud
Hollywood

Enfin, le «sacre DiCaprio»! Il y a eu comme un sourire de soulagement sur le visage de Leonardo lorsque son nom a été annoncé par Julianne Moore pour l’Oscar du meilleur acteur pour «the Revenant» dimanche soir à Los Angeles, 25 ans après ses débuts au cinéma. Invité à la cérémonie, «Le Matin» a recueilli ses premiers mots après sa victoire.

Quelle a été votre réaction?

J’ai songé au parcours accompli. J’ai grandi à East Los Angeles qui est un quartier pauvre de la ville mais qui se trouve à quelques minutes de Hollywood Boulevard où se déroulent les Oscars. J’ai commencé si jeune dans ce métier! Enfant, mes parents m’accompagnaient passer des auditions presque tous les jours dès que je sortais de l’école. Je n’ai jamais voulu être autre chose qu’acteur. Mais je dois beaucoup à ma mère par exemple qui m’a donné le courage de ne jamais abandonner. L’avoir à mes côtés aux Oscars est un moment très spécial.

Vous étiez le grand favori cette année. Etait-ce une pression supplémentaire?

J’ai été soulagé lorsque Julianne Moore a dit mon nom bien sûr! (Rires). Gagner un oscar a été mon rêve depuis l’âge de 4 ans. Je dois dire que j’ai été moi-même surpris par le soutien de nombreux fans sur Internet durant ces dernières semaines. Mais il y a quelque chose d’irréel dans le fait de se retrouver avec la statuette dans les mains. Il va me falloir quelques jours pour repenser à tout cela.

D’autant plus que vous aviez été nominé 4 fois auparavant sans jamais gagner…

Gagner pour «The Revenant» a un sens tout particulier pour moi car ce film est l’exemple même de ce que je recherche dans ma carrière. L’équipe du film était composée uniquement d’amoureux du septième art et nous avons passé des journées entières à discuter et répéter pour transposer cette histoire sur l’écran.

Vous avez aussi profité que la cérémonie soit suivie par près d’un milliard de téléspectateurs pour parler d’environnement…

Nous avons tous le devoir d’utiliser notre voix pour défendre nos idées. La lutte pour préserver notre environnement est le sujet qui m’obsède le plus en dehors du cinéma et je veux saisir chaque opportunité pour sensibiliser les gens. Nous sommes assis sur une bombe à retardement. En tournant «Revenant», j’ai aussi rencontré des Indiens qui m’ont montré à quel point ils étaient touchés par les changements climatiques. Nous sommes tous concernés.

Où allez-vous installer votre Oscar?

Pour commencer, je vais le prêter à maman car je ne serais rien sans mes parents. Nous avons connu tant d’années difficiles dans mon adolescence que je suis rempli de joie de pouvoir partager de grands moments comme celui des Oscars avec ma mère.

Votre opinion