31.10.2019 à 16:00

Léo Lacroix: «Je suis dos au mur»

Football

Le défenseur romand a retrouvé les séances de l'équipe première à Saint-Etienne. Il attend désormais un signe de Claude Puel.

par
Sport-Center
Léo Lacroix avec le maillot de l'ASSE en février 2017.

Léo Lacroix avec le maillot de l'ASSE en février 2017.

AFP

On l'avait quitté fin août presque étonnamment serein, malgré sa mise à l'écart du groupe professionnel à Saint-Etienne - (re)lire notre entretien ici. De retour d'un prêt d'une année à Hambourg au début de l'été, Léo Lacroix n'entrait pas dans les plans de l'entraîneur Ghislain Printant, débarqué au début du mois d'octobre faute de bons résultats.

Depuis, Claude Puel est arrivé sur le banc des Verts. Et le Lausannois de 27 ans peut à nouveau prendre part aux séances de l'équipe première. N'y voyez pas un lien de cause à effet. Dans tous les cas, son retour à l'entraînement était prévu, via le règlement de l'UNFP (Union Nationale des Footballeurs Professionnels), et entendu avec ses dirigeants. «Il a fallu attendre la fermeture de tous les mercatos», précise aussi Léo Lacroix au bout du fil.

«Pas plaire à tout le monde»

De retour dans la peau d'un joueur «pro» au quotidien, le défenseur central donne tout ce qu'il peut pour se faire un nom dans le Forez. «Cela se passe bien, je suis content de mes séances. Après, l'entraîneur fait ses choix, c'est lui qui décide.» Ces trois dernières semaines, le nom «Lacroix» n'a toutefois pas été couché sur les feuilles de matches de Ligue 1. Quand on lui demande ce qu'il lui manque pour séduire l'ex-coach passé notamment par Nice et Leicester, il rigole, puis coupe.

«Je ne sais pas, souffle le Vaudois. J’ai mes caractéristiques, avec mes qualités et mes défauts. Après, on ne peut pas plaire à tout le monde. D’autres recrues sont arrivées et me figurent pas non plus dans le groupe appelé le week-end. La seule chose que je peux contrôler, c’est la façon dont je m’entraîne. Si ma chance arrive, tant mieux, même si c'est aussi à moi de la provoquer. Sinon, on ira la chercher ailleurs, j'espère lors du prochain mercato.»

«Je suis dos au mur»

Sous contrat jusqu'à la fin juin avec l'ASSE, Léo Lacroix ne veut pas aller n'importe où sous prétexte qu'il ne joue pas. «Il faut que tout concorde, l’endroit, le club et le projet. Je suis dos au mur. Vous savez, dans ces situations-là, on n’a pas beaucoup de choix de destinations. Oui, un départ est envisageable si je ne retrouve la compétition d’ici le mercato. C'est pour cela, aussi, que je continue de bien travailler».

Et pour se rappeler au bon souvenir du sélectionneur Vladimir Petkovic dans la perspective de l'Euro 2020 (12 juin au 12 juillet)? «Cela ne sert à rien de parler de l’équipe de Suisse actuellement, elle est loin pour moi. J’en suis surtout à vouloir retrouver le terrain en compétition, du temps de jeu, des minutes dans les jambes pour pouvoir, peut-être, un jour y repenser (ndlr: à la Nati).»

«En mode guerrier»

Le joueur formé à Sion, qui n'exclut pas d'aller au bout de son contrat, peut désormais compter sur le soutien de sa famille, arrivée dans la région stéphanoise il y a peu. «Je me lève heureux tous les jours. On fait un beau métier même si on vit parfois des moments difficiles, poursuit-il. Je suis en mode guerrier, en mode combat, il faut tenir le coup. Si j’ai une opportunité, il faudra la saisir. Si elle n’arrive pas, je me serai battu pour.»

Jérémy Santallo

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!