Hockey sur glace - L’équipe de Suisse a de quoi jouer les premiers rôles
Publié

Hockey sur glaceL’équipe de Suisse a de quoi jouer les premiers rôles

Les Mondiaux 2021 débutent vendredi à Riga en Lettonie. Les renforts de NHL se font rares. L’équipe de Suisse, prometteuse et bien armée, aura un rôle à jouer. Premier match de la «Nati» samedi à 19h15 contre les Tchèques.

par
Cyrill Pasche
Nico Hischier sera l’une des vedettes des Mondiaux à Riga. Le Valaisan des New Jersey Devils dispute son deuxième tournoi après celui de 2019 en Slovaquie.

Nico Hischier sera l’une des vedettes des Mondiaux à Riga. Le Valaisan des New Jersey Devils dispute son deuxième tournoi après celui de 2019 en Slovaquie.

Andy Mueller/freshfocus

Russie - République tchèque, vendredi à 15h15. C’est la première affiche des Mondiaux de Riga. Un duel qui renvoie à la riche histoire de ces deux grandes nations du hockey mondial, mais qui manque toutefois cette année de véritables vedettes en provenance de la NHL.

Prenez la République tchèque, premier adversaire des Suisses (samedi à 19h15): la sélection dirigée par Filip Pesan, un jeune coach de 43 ans, compte certes six renforts de NHL mais aucune véritable star du circuit nord-américain cette année à Riga. Le joueur le plus connu? Jan Kovar, MVP de la saison écoulée en Suisse et récemment couronné champion de Suisse avec Zoug. Près de la moitié des joueurs sélectionnés sous le maillot tchèque à Riga n’ont d’ailleurs jamais participé à un championnat du monde.

Idem pour la Russie, que la Suisse affrontera samedi 29 mai (15h15), avec également six joueurs de NHL, mais aucune vedette de la trempe d’Alexander Ovechkin ou Evgeni Malkin, tous deux engagés dans les play-off de NHL.En raison de la pandémie de coronavirus, de la collusion de dates entre les Mondiaux décalés de quelques semaines et le début tardif des play-off de NHL, la plupart des équipes engagées ne pourront pas s’appuyer sur leurs meilleurs éléments durant ce tournoi à huis clos en Lettonie. Les deux nations les moins bien loties sont le Canada et les États-Unis, qui aligneront à Riga des équipes de second plan.

Les groupes

Groupe A (Olympic Sports Centre)

Russie

Suède

République tchèque

Suisse

Slovaquie

Danemark

Biélorussie

Grande-Bretagne

Groupe B (Riga Arena)

Canada

Finlande

États-Unis

Allemagne

Lettonie

Norvège

Italie

Kazakhstan

Probablement sans Roman Josi

Même l’équipe de Suisse, avec ses quatre joueurs de NHL (Nico Hischier, Timo Meier, Jonas Siegenthaler et Philipp Kurashev), est moins fournie en renforts «nord-américains» que les années précédentes. La sélection dirigée pour la cinquième fois à un championnat du monde par Patrick Fischer possède toutefois un avantage de taille: son bassin sans cesse grandissant d’internationaux en puissance (Dario Simion, dominant cette saison avec Zoug, en est le dernier exemple en date) et un noyau de joueurs qui se connaît désormais sur le bout des doigts. Seule ombre au tableau: l’absence de Roman Josi, le joueur miracle de la sélection. A moins que le défenseur bernois, actuellement mené 2-0 en play-off avec Nashville face à Carolina (3e match dans la nuit de vendredi à samedi), ne soit rapidement éliminé des play-off et accepte de rejoindre la «Nati» en vue d’éventuels quarts de finale le 3 juin. «La porte n’est plus totalement fermée, mais c’est très compliqué en raison des complications liées au covid», a reconnu Patrick Fischer vendredi en conférence de presse. Pour l’instant, la venue de Josi n’est pas encore d’actualité.

La sélection suisse

Gardiens: Reto Berra (Fribourg-Gottéron), Leonardo Genoni (Zoug) et Melvin Nyffeler (Rapperswil).

Défenseurs: Santeri Alatalo (Zoug), Raphael Diaz (Zoug), Lukas Frick (Lausanne), Tobias Geisser (Zoug), Fabian Heldner (Lausanne), Romain Loeffel (Lugano), Janis Jérôme Moser (Bienne), Mirco Müller (Leksands/Suè), Jonas Siegenthaler (New Jersey Devils/NHL), Ramon Untersander (Berne).

Attaquants: Andres Ambühl (Davos), Sven Andrighetto (ZSC Lions), Christoph Bertschy (Lausanne), Enzo Corvi (Davos), Fabrice Herzog (Davos), Nico Hischier (New Jersey Devils/NHL), Grégory Hofmann (Zoug), Philipp Kurashev (Chicago Blackhawks/NHL), Timo Meier (San Jose Sharks/NHL), Killian Mottet (Fribourg-Gottéron), Vincent Praplan (Berne), Noah Rod (Genève-Servette), Tristan Scherwey (Berne), Dario Simion (Zoug), Joël Vermin (Genève-Servette).

Au vu des circonstances et de la relative faiblesse de certaines oppositions, la Suisse fait-elle partie des favoris pour le titre mondial cette année? Le sélectionneur Patrick Fischer préfère pour l’instant laisser cette étiquette à d’autres nations. «Non, nous n’avons pas encore mérité l’appellation de favoris. Par contre, lobjectif est d’arriver en quarts de finale. À partir de là, nous sommes définitivement une équipe capable de tous les exploits. L’objectif ultime reste de devenir un jour champion du monde. Je suis convaincu à 100% que cela fait partie de notre potentiel.»

Initialement prévus à huis clos, les Mondiaux pourront probablement accueillir du public dès la semaine prochaine suite à un vote positif du parlement letton.

Le calendrier de l’équipe nationale

Tour de qualification

Samedi 22 mai (19h15)

République tchèque - Suisse

Dimanche 23 mai (19h15)

Danemark - Suisse

Mardi 25 mai (19h15)

Suisse - Suède

Jeudi 27 mai (15h15)

Suisse - Slovaquie

Samedi 29 mai (15h15)

Suisse - Russie

Dimanche 30 mai (15h15)

Biélorussie - Suisse

Mardi 1er juin (11h15)

Suisse - Grande-Bretagne

Quarts de finale: 3 juin

Demi-finale: 5 juin

Finale: 6 juin

Tous les matches ont lieu à Riga, à huis clos. Pas de relégation cette année.

Votre opinion