Hockey sur glace: L’équipe de Suisse est déjà dans sa bulle

Publié

Hockey sur glaceL’équipe de Suisse est déjà dans sa bulle

Vendredi soir (20h, heure suisse), la sélection nationale M20 entamera son championnat du monde à Edmonton où l’IIHF a recréé une «bulle» comme ce fut le cas pour les play-off de NHL. Dans cet environnement spécial, il ne faudra pas rater l’entrée en matière contre la Slovaquie.

par
Grégory Beaud
En match de préparation, la Suisse a battu l’Autriche.

En match de préparation, la Suisse a battu l’Autriche.

KEYSTONE

L’an dernier, la Suisse avait terminé à la cinquième place du tournoi disputé en République tchèque après avoir notamment réalisé un petit exploit contre la Finlande en tour préliminaire. Lors du quart de finale, la sélection nationale avait perdu 1-3 face à la Russie, future finaliste. L’ailier de FR Gottéron, Gaétan Jobin, était déjà de la partie. Il fait partie de la dizaine de joueurs à repartir pour un tour. «Je sais peut-être un peu mieux à quoi m’attendre cette année. Je pense que je serai un peu moins nerveux que certains dans l’équipe, rigole-t-il au bout du fil, depuis Edmonton. Mais dès que le tournoi commencera, je ne me fais pas de souci, tout le monde sera prêt.»

Cette préparation particulière, le Fribourgeois l’a passée sans encombre. «C’est évidemment assez différent de de devoir rester tout le temps à l’hôtel. Il faut s’adapter, mais cela ne va pas nous déranger durant le championnat du monde. Auparavant, la préparation à Zoug était vraiment bonne. Tout le monde est devenu meilleur et nous l’avons vu lors de notre match amical contre l’Autriche (ndlr victoire 3-2). Nous sommes prêts.»

De nombreux leaders absents

La préparation de Noah Delémont a été largement moins évidente que celle de Jobin. «J’ai déjà rejoint mes coéquipiers à Zoug plus tard, nous explique-t-il. Ensuite j’ai dû attendre un test négatif et j’ai perdu du temps. Mais ensuite, cela s’est mieux passé. Notre programme a également été chamboulé avec l’annulation d’un match amical pour des cas de coronavirus chez nos adversaires. Nous n’avons eu qu’un match, mais nous sommes prêts pour ce match contre la Slovaquie.»

À 18 ans, le défenseur du HC Bienne disputera son premier championnat du monde M20. Sa tête bien ancrée sur les épaules lui permet de ne pas ressentir de nervosité. «Cela fait plusieurs mois que c’était mon objectif, précise celui qui était encore avec les M18 l’an dernier. J’ai juste hâte que cela commence pour montrer que notre progression est bonne. Je ne sens aucune nervosité. Lorsque tu as une chance de jouer avec l’équipe de Suisse, tu dis oui et tu prends juste du plaisir.»

«Je ne sens aucune nervosité. Lorsque tu as une chance de jouer avec l’équipe de Suisse, tu dis oui et tu prends juste du plaisir»

Noah Delémont, défenseur de l’équipe de Suisse M20.

Sur le papier, cette formation est relativement jeune et inexpérimentée. De nombreux leaders de la saison dernière ne sont pas de retour. Ainsi Valentin Nussbaumer, Gilian Kohler, Janis Jerome Moser (Bienne), David Aebischer, Sandro Schmid (FR Gottéron), Tim Berni (Zurich), Nico Gross (Zoug) et les gardiens Stéphane Charlin (GE Servette) et Luca Hollenstein (Zoug) sont désormais trop «vieux» pour évoluer en M20. «Sur le plan individuel, on peut peut-être dire qu’il n’y a pas de gros nom, poursuit Noah Delémont. Mais j’ai l’impression que cette équipe est sous-estimée. Sur quelques matches dans une compétition comme celle-ci, ce ne sont de toute façon pas les gros noms qui te font gagner, mais l’équipe. Si nous jouons bien notre système, je pense que tout est possible..»

S’il fallait sortir quelques «gros» noms de cette équipe, on peut penser à Simon Knak. L’ailier de Davos a réalisé un excellent début de championnat dans les Grisons. Le Vaudois Inaki Baragano ainsi que Joel Salzgeber (Langnau) peuvent être listés tout comme Gaétan Jobin et Noah Delémont. Mais il y aura également plusieurs éléments à suivre de près parmi les «jeunes pousses». Ainsi Attilio Biasca (17 ans, Zoug) pourrait faire tourner la tête de quelques recruteurs de NHL dans un futur proche. Il en va de même pour Noah Meier (18 ans, GCK Lions) qui avait effectué des débuts prometteurs avec les Zurich Lions la saison dernière.

«Nous serons une équipe difficile à affronter, prévient Gaétan Jobin. Les autres ne devraient pas aimer jouer contre nous, car nous allons travailler fort et mettre beaucoup de charges. Je pense que cette équipe peut aller loin. Gagnons déjà les premiers matches et nous verrons ensuite.» Premier examen de passage vendredi soir contre la Slovaquie.

Sélection suisse et programme

La sélection suisse en vue du championnat du monde M20 d’Edmonton

Gardiens (3): Thibault Fatton (Lugano), Andri Henauer (Berne), Noah Patenaude (Saint John Sea Dogs/QMJHL).

Défenseurs (9): Iñaki Baragano (Kamloops Blazers/WHL), Giancarlo Chanton (Niagara IceDogs/OHL), Noah Delémont (Owen Sound Attack/OHL), Cédric Fiedler (Western Michigan University/NCAA), Bastian Guggenheim (Langnau), Noah Meier (GCK Lions), Rocco Pezzullo (Ambri-Piotta), Alessandro Villa (Lugano), Nathan Vouardoux (Lausanne).

Attaquants (13): Dario Allenspach (Zoug), Attilio Biasca (Halifax Mooseheads/QMJHL), Stefano Bottini (Penticton Vees/BCHL), Lorenzo Canonica (Shawinigan Cataractes/QMJHL), Ronny Dähler (Berne), Keanu Derungs (Victoria Royals/WHL), Raymond Fust (Chilliwack Chiefs/BCHL), Valentin Hofer (Zoug), Gaétan Jobin (Fribourg-Gottéron), Simon Knak (Davos et Portland Winterhawks/WHL), Lionel Marchand (Timrå IK/Suède), Joel Salzgeber (Langnau), Elvis Schläpfer (Bienne).

Groupe A:
25 décembre: Suisse – Slovaquie (20h, heure suisse).
27 décembre: Finlande – Suisse (20h).
30 décembre: Canada – Suisse (00h05).
31 décembre: Suisse – Allemagne (00h05).

Les quatre premiers de ce groupe sont qualifiés pour les quarts de finale face au top 4 du Groupe B composé de la Russie, la Suède, les États-Unis, l’Autriche et de la République tchèque. Il n’y a pas de relégation.

La bulle d’Edmonton, mode d’emploi

La patinoire d’Edmonton où les dix équipes s’affronteront.

La patinoire d’Edmonton où les dix équipes s’affronteront.

KEYSTONE

À l’instar de ce qu’ont vécu les joueurs de NHL, les éléments des 10 équipes sélectionnées vont vivre en vase clos durant toute la compétition. Les Suisses avaient préalablement vécu dans une bulle sur le complexe «On Your Marks» de Zoug avant de s’envoler pour le Canada dans un vol charter affrété par la Fédération internationale (IIHF). Sur place, les joueurs de Marco Bayer ont dû s’astreindre à une quarantaine de quatre jours avec plusieurs tests contre le coronavirus à la clé.

Lundi, l’IIHF a communiqué avoir pratiqué 3640 tests pour 11 cas positifs: 9 dans la délégation allemande et 2 chez les Suédois. Sur le lot, huit joueurs allemands étaient concernés. Les individualités concernées vont désormais devoir patienter avant d’avoir terminé le protocole sanitaire mis en place et pourront rejoindre leur sélection plus tard.

Comme le relate le Journal de Montréal, de nombreuses contraintes vont accompagner les joueurs durant toute cette période dans la bulle. Le masque sera obligatoire en tout temps, tandis que tout le monde sera testé en arrivant à la patinoire après s’être préalablement soumis à une prise de température. Pour finir, chaque joueur sera suivi par un bracelet «suiveur».

Ton opinion

2 commentaires