Nouveautés: Les 1001 aspects de la réalité virtuelle selon Mark Zuckerberg

Publié

NouveautésLes 1001 aspects de la réalité virtuelle selon Mark Zuckerberg

Le CEO a dévoilé une flopée de prototypes de casques VR sur lesquels travaillent ses ingénieurs, chacun devant résoudre un problème précis. De quoi nous faire saliver.

par
Christophe Pinol
1 / 5
Le Butterscotch

Le Butterscotch

DR
La lisibilité des détails du Butterscotch, comparée à d’autres.

La lisibilité des détails du Butterscotch, comparée à d’autres.

DR
La lisibilité des détails du Butterscotch, comparée à d’autres.

La lisibilité des détails du Butterscotch, comparée à d’autres.

DR

On le sait depuis quelque temps, Mark Zuckerberg, patron de Facebook et aujourd’hui de Meta, la maison mère, croit dur comme fer à la réalité virtuelle. Et il vient encore d’en donner un vibrant aperçu, il y a quelques jours, au cours d’une visioconférence organisée en compagnie de quelques-uns de ses ingénieurs.

En ouvrant les portes de ses laboratoires de recherche et de développement expérimental (R & D) pour présenter une collection de casques VR/AR en cours de conception, le CEO vient surtout de lancer en grande pompe sa propre com. Montrant enfin, après des mois de travail dans le plus grand secret, qu’il s’investissait bien corps et âme dans la conception de ce casque de réalité mixte chargé de nous ouvrir la porte du futur Metavers

Pour l’homme d’affaires, il s’agit avant tout de relancer l‘intérêt du grand public et de rassurer ainsi ses actionnaires. Face aux 10 milliards de dollars de perte annoncés par la division Reality Labs sur l‘exercice 2021, et les 3 milliards supplémentaires déjà volatilisés lors du premier trimestre 2022, ceux-ci sont en effet de plus en plus moroses

Des prototypes en veux-tu en voilà!

S’il y avait une seule chose à retenir de cette présentation, c’est que Mark Zuckerberg a placé la barre très haut en annonçant vouloir livrer un «casque de réalité virtuelle ultraléger, compact et surtout capable d’afficher une image si réaliste qu’elle serait indissociable de la réalité». Rien que ça! Et pour montrer l‘avancée de ses travaux, il a dévoilé une bonne vingtaine de prototypes sur lesquels planchaient ses ingénieurs, chacun étant chargé d’optimiser des aspects bien spécifiques de la réalité virtuelle: une définition ultra-poussée sur l‘un, une profondeur de champ variable en temps réel sur l‘autre… Avec l‘idée, ensuite, de tout rassembler en un seul appareil. Et hop, le tour est joué! Plus facile à dire qu’à faire, on vous le concède…

Reste que les perspectives déployées par la division R&D ont de qui faire saliver. Même si les prototypes dévoilés, qui ne sont bien entendu pas destinés à être commercialisés, sont parfois loin d’être des modèles d’ergonomie ou de design. À l’instar du «Starburst», par exemple, l‘un des 4 appareils sur lesquels le patron s’est attardé: un engin si lourd et encombrant qu’il se maintient devant les yeux à l‘aide de deux énormes poignées latérales. Lui s’attaque au problème de la luminosité et tente de reproduire le plus fidèlement possible la plage perceptible par l‘œil humain, le tout en proposant du HDR. Il est ainsi capable d’atteindre les 20 000 nits, alors que l‘Oculus Quest 2, le casque VR le plus populaire du moment, plafonne à 100 nits. Deux ventilateurs aussi peu compacts que sexy sont toutefois nécessaires pour éviter les problèmes de surchauffe.

20/20 chez l‘ophtalmo

Mais l‘immersion dans le Metavers va surtout beaucoup dépendre de la résolution affichée par les écrans internes. Avec le modèle «Butterscotch», les équipes sont parvenues à obtenir une résolution 2,5 fois supérieure à l‘actuel Oculus Quest 2 et ses 1832 x 1920 pixels par œil. De quoi permettre de lire à 6 mètres de distance théorique la toute dernière ligne de ces fameux tableaux utilisés par les ophtalmologues. Le hic, c’est qu’en contrepartie, le champ de vision a dû être réduit de moitié, toujours en regard de l’Oculus Quest 2, pour atteindre les 55°. Ou quand tu fais un pas en avant, et un autre en arrière…

De son côté, le «Half Dome» se concentre sur la profondeur de champ. Celle-ci est fixe dans les casques actuels mais ce prototype est capable de faire le point sur des objets aussi bien très proches que très éloignés des yeux. L‘idée étant de pouvoir «économiser» sur le nombre de pixels affichés et de n’apporter une définition optimale qu’aux objets sur lesquels porte notre regard. L‘appareil est ainsi doté de caméras internes capables de suivre le mouvement de nos yeux de façon très précise afin d’ajuster dynamiquement la mise au point, comme le fait notre cristallin en temps normal.

Musique d’avenir

Enfin, le «Holocake 2» adopte, lui, un look plus léger et compact, proche du masque de plongée. Il repose surtout sur une paire de lentilles holographiques qui permettent de réduire la distance entre celles-ci et l‘écran. Problème: ces lentilles nécessitent des lasers bien spécifiques qui ne sont pas encore adaptés, notamment en taille et en prix, aux produits grand public.

On l’aura compris, le chemin à parcourir avant de pouvoir poser sur son crâne ce casque rêvé semble encore bien long. D’autant plus que les caractéristiques mises en avant par Meta dans cet exercice sont loin d’être les seuls problèmes à résoudre. La puissance de calcul embarquée, la batterie, l’ergonomie ou encore la largeur du champ de vision sont autant de facteurs à inclure à la problématique. Sans compter qu’il va falloir trouver le moyen de redorer le blason de Meta face à la réputation sulfureuse dont l‘entreprise jouit en matière de confidentialité et de données personnelles.

Rappelons qu’en plus de tout ceci, le groupe de Menlo Park travaille également sur un appareil beaucoup plus concret, le «Cambria», que la société compte bien sortir d’ici la fin de l‘année. Il devrait être le premier à proposer un système de suivi du regard afin de permettre aux avatars d’établir un contact visuel et d’afficher des expressions faciales. Il est aussi censé être disponible en deux déclinaisons: une première gamme destinée à monsieur et Mme Tout-le-monde, et une autre plus onéreuse réservée aux professionnels et aficionados de la VR.

Apple sort du bois

Bref tout semble prêt (ou presque) pour nous laisser sauter à pieds joints dans ce Metavers. Meta vient même de lancer une plateforme d’achat pour ses avatars où l’on trouvera notamment de quoi habiller son petit double numérique. Quelques jours plus tôt, la firme dévoilait également une vidéo présentant les avantages de cet univers virtuel sous deux axes forts: la formation et l‘éducation. On y voyait notamment une chirurgienne, un casque VR visé sur la tête, s’entraîner à pratiquer une opération – «autant de fois que nécessaire avant de poser ses mains sur un vrai patient», y précisait une voix off. La vidéo montrait aussi des étudiants visitant un amphithéâtre de la Rome antique et venant se placer aux côtés de Marc Antoine pour le regarder débattre.

Alors face à un tel barouf, Apple s’est senti obligé de dégainer à son tour. Interviewé par le média China Daily, Tim Cook s’est enfin mis à teaser son casque AR/VR. Par de toutes petites allusions, d’abord en vantant les mérites de la réalité augmentée, puis en engageant les lecteurs à «rester à l‘écoute pour voir ce que nous avons à offrir». Les dernières rumeurs en date annonçant une sortie prévue l‘an prochain, c’est bien une véritable guerre de tranchées qui se prépare.

Ton opinion

1 commentaire