Covid-19 - Les 3 scénarios du Conseil fédéral pour l’automne
Publié

Covid-19Les 3 scénarios du Conseil fédéral pour l’automne

Mais que fait le Conseil fédéral? Avant de partir en vacances, il a établi trois scénarios pour l’automne/hiver 2021/2022: d’une crise terminée à une nouvelle vague pandémique d’envergure.

par
Eric Felley
Le Conseil fédéral devrait se réunir la prochaine fois le 11 août. Soit dans trois semaines.

Le Conseil fédéral devrait se réunir la prochaine fois le 11 août. Soit dans trois semaines.

DR

L’été 2021 avait bien commencé du côté de Berne. Les assouplissements annoncés par le Conseil fédéral le 23 juin ont été accueillis comme une bouffée de liberté retrouvée. Un mois plus tard, il faut déchanter. La Suisse est en train de rejouer le scénario de l’été dernier, mais avec deux mois d’avance. L’impression prévaut que l’on va dans la mauvaise direction, sans ne rien pouvoir faire pour enrayer la dynamique du variant Delta, à l’instar d’autres pays en Europe.

De Berne viennent des messages contradictoires. Lundi, à l’occasion d’une distribution de parts de gâteau sur la place Fédérale, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) parlait «d’une très bonne raison de se réjouir». Il se félicitait de la proportion des personnes de plus de 16 ans ayant reçu au moins une dose, soit 63% des adultes. Mais mardi, Patrick Mathys, chef de la section gestion de crise à l’OFSP, évoquait une situation devenue «inquiétante» et la perspective prochaine d’atteindre les 1000 cas par jour.

Trop de personnes non immunes

C’est le verre aux deux tiers plein, ou au tiers vide: 37% de la population adulte n’a pas encore fait le choix du vaccin. «Le réservoir de personnes non immunes est préoccupant», a constaté mardi la vice-présidente de la task force, Samia Hurst. Elle a émis l’hypothèse d' «une vague encore plus forte que celle de l’automne 2020». L’année dernière, la deuxième vague avait pris un essor spectaculaire à fin septembre en passant d’un mois à l’autre de quelques centaines de cas par jour à plusieurs milliers, dépassant les 10 000 le 26 octobre. La vague est demeurée haute et meurtrière jusqu’à fin janvier, se résorbant ensuite très lentement.

Le Conseil fédéral est en vacances et ne devrait pas siéger avant le 11 août, c’est-à-dire dans trois semaines. Cet attentisme pourrait surprendre, car tout autour de la Suisse les autorités sont sur le pont pour prendre des mesures. Peut-être que son attitude est la bonne, ne pas «hyperventiler» tant que les hospitalisations restent à un niveau acceptable. Selon Patrick Mathys, la situation deviendra vraiment préoccupante avec 120 hospitalisations par jour. Il a ajouté qu’il vaudrait mieux agir avant. Ce qui indique qu’il y a une volonté du côté de Berne de prendre des mesures avant qu’il ne soit trop tard.

Planification pour l’automne/hiver 2021/2022

Avant de partir en vacances, lors de sa séance du 30 juin dernier, le Conseil fédéral a toutefois établi un document consacré à la pandémie. Intitulé «Planification à moyen terme pour l’automne/hiver 2021/2022», il présente 3 scénarios:

Scénario 1: La crise est terminée

«Le nombre de cas stagne à un niveau faible, même si de petites flambées restent possibles. Le SARS-CoV-2 se manifeste sous une forme peu modifiée par rapport à aujourd’hui et devient progressivement endémique, au même titre que d’autres agents pathogènes respiratoires. La légère hausse saisonnière éventuelle du nombre de cas n’entraîne pas de pression particulière sur le système de santé. Les mesures encore en vigueur peuvent être levées. La crise est terminée.»

Scénario 2: La poussée du variant Delta

«L’automne/hiver 2021/2022 enregistre une augmentation du nombre de cas d’origine saisonnière ou due à la levée des mesures encore en vigueur, au pourcentage résiduel de personnes non vaccinées ou à une baisse de la protection vaccinale. L’apparition d’un nouveau variant plus contagieux, comme le variant Delta, peut provoquer une contagion accélérée parmi les personnes non vaccinées.

Cette hausse des cas génère une telle pression sur le système de santé qu’il est nécessaire de poursuivre ou de réintroduire certaines mesures étatiques, surtout si la grippe saisonnière (contrairement à la période hivernale 2020/2021) circule en plus du SARS-CoV-2 et entraîne des formes graves, notamment dans les groupes à risque.

L’administration de rappels de vaccin peut s’avérer nécessaire. Dans ce scénario, les mesures se limitent principalement à des mesures de base (port du masque obligatoire, règles de distance) ou à des mesures concernant les manifestations et les établissements, dont l’accès est réservé aux personnes munies d’un certificat Covid.»

Scénario 3: Une nouvelle vague de grande envergure

«Plusieurs variants du SARS-CoV-2 apparaissent qui ne correspondent pas à l’immunité acquise par la vaccination ou une infection antérieure. Ils provoquent une nouvelle vague pandémique de grande envergure qui nécessite à nouveau une forte intervention de l’État et une nouvelle campagne de vaccination. Ce scénario n’exclut pas d’autres mesures qui concerneraient également les personnes guéries et les personnes vaccinées qui n’ont pas eu de rappel.»

Votre opinion

304 commentaires