Ski alpin - Les 4 enjeux des finales de Courchevel - Méribel

Publié

Ski alpinLes 4 enjeux des finales de Courchevel - Méribel

Les stations françaises de Courchevel et Méribel accueillent les meilleurs des skieurs pour les finales de Coupe du monde. À la clé: des globes, de la gloire et une préparation cruciale.

par
Rebecca Garcia
Sylvain Bolt
(Courchevel)
Les finales qui se tiennent à Courchevel et Méribel de mercredi à dimanche joueront les arbitres dans plusieurs disciplines.

Les finales qui se tiennent à Courchevel et Méribel de mercredi à dimanche joueront les arbitres dans plusieurs disciplines.

Getty Images

Odermatt, Suter, Feuz et Yule jouent gros

Marco Odermatt domine toujours le classement général devant Aleksander Aamodt Kilde. 4 courses et 329 points séparent les deux skieurs. Il faudrait que le Norvégien les gagne toutes - y compris le slalom auquel il n’a pas pris part cette saison - pour combler le retard au général. Il faudrait aussi que Marco Odermatt ne parvienne pas à marquer des points, alors même qu’il s’est hissé sur chaque podium de géant cette saison.

Kilde a annoncé qu’il se concentrerait sur le globe de descente, pour lequel il lutte avec Beat Feuz. Le Bernois a 23 points de retard, et doit briller pendant que le Norvégien se rate pour l’emporter. Ni impossible, ni réellement attendu.

La dernière interrogation existe en slalom. Daniel Yule est actuellement 5e, à 88 points d’Henrik Kristoffersen. Pour le globe, le Suisse devrait voir les 4 premiers du classement manquer leur course tout en remportant sa première victoire de la saison.

Chez les skieuses suisses, seule Corinne Suter a encore un infime espoir de remporter un globe. La spécialiste de descente compte 75 points de moins que Sofia Goggia. Si l’Italienne termine parmi les 10 premières, c’en est fini de l’espoir du globe féminin helvétique. Si elle sort, la Schwytzoise pourrait se contenter d’une deuxième place pour être couronnée.

Grande finale Vlhova vs Shiffrin

Le grand duel oppose Mikaela Shiffrin à Petra Vlhova. L’Américaine possède 56 points de plus que la Slovaque à l’orée des finales. Les deux skieuses ont marqué des points dans chacune des disciplines cette saison, ce qui laisse place à tous les scénarios. Elles s’aligneront vraisemblablement sur chacune des courses de la semaine.

En plus du globe de descente, qui devrait revenir à Sofia Goggia ou Corinne Suter, celui de géant sera très disputé. Sara Hector, Tessa Worley, Mikaela Shiffrin et Petra Vlhova sont sur le coup. Cette dernière a déjà remporté celui de slalom et Federica Brignone s’est octroyé celui de super-G.

Le super-G masculin a aussi trouvé son champion. Aleksander Aamodt Kilde, qui s’oppose encore à Beat Feuz en descente, a remporté son sacre à Kvitfjell. Marco Odermatt s’est assuré le globe de géant à Kranjska Gora tandis qu’en slalom, tout est encore possible. Kristoffersen, Braathen, Strasser, Feller et Yule demeurent mathématiquement des candidats au titre.

Répétition générale avant les Mondiaux

Moins d’un an avant les championnats du monde (qui auront lieu du 6 au 19 février 2023), Courchevel et Méribel accueillent cette semaine les finales de la Coupe du monde. Ces cinq prochains jours, les 150 meilleurs skieurs et skieuses de la planète disputeront les dernières épreuves de vitesse (mercredi, jeudi et vendredi à Courchevel) et de technique (samedi et dimanche à Méribel). 

Les 25 meilleurs athlètes de chaque discipline ont obtenu leur ticket pour ces finales disputées en Savoie. Seuls les 15 premiers marquent des points. Il faut encore ajouter les champions du monde juniors de chaque discipline ainsi que les athlètes comptabilisant 500 points, qui peuvent s’aligner dans l’épreuve de leur choix. 
La piste olympique du «Roc de Fer» à Méribel avait accueilli les compétitions féminines de ski alpin lors des JO d’Albertville en 1992, puis une Coupe du monde de descente dames en 2013 avant d’être le théâtre des finales de la Coupe du monde 2015. Située à 10 kilomètres, la station voisine de Courchevel dévoilera «L’Éclipse», nouvelle piste avec de nombreux sauts et dessinée dans la verticalité de la montagne. 


Un total de 1300 billets sera mis en vente pour le grand public chaque jour de compétition. Le public pourra librement venir suivre les épreuves derrière les filets de protection et 25’000 spectateurs sont attendus sur l’ensemble des épreuves. 

Un Graal de cristal

Marco Odermatt a empoché un total de 480’445 francs de prize money cette saison en Coupe. Mercredi, le Nidwaldien pourrait soulever le globe de cristal qui récompense le vainqueur du classement général de la Coupe du monde. Mais la boule de cristal est un trophée symbolique dont la valeur est «un nombre à quatre chiffres» selon la FIS, qui n’accompagne pas la remise par un gain supplémentaire. C’est au niveau des sponsors et notamment de la marque de skis que des primes sont négociées lors des signatures de contrat.

Le globe de cristal, c’est un joli trophée qui prend de la place avec ses 9 kg et ses 46 centimètres de hauteur, dont la moitié est ornée par une sphère représentant la planète. Son volume (6371cm³) rappelle la valeur du rayon de la terre (6731 km). Le petit globe de cristal attribué aux différents vainqueurs masculins et féminins des classements par disciplines pèse 3,5 kg. 


Marco Odermatt va devenir le cinquième skieur suisse à remporter le gros globe du général de la Coupe du monde après Peter Lüscher (1979), Pirmin Zurbriggen (1984, 1987, 1988, 1990), Paul Accola (1992) et Carlo Janka (2010). Les records sont détenus par l’Autrichien Marcel Hirscher (huit globes) et sa compatriote Annemarie Moser-Pröll (six).

L’Américaine Lindsey Vonn et le Suédois Ingemar Stenmark ont collectionné seize petits globes de cristal. Côté suisse, ce sont Pirmin Zurbriggen (15 globes dont 4 du général) et Vreni Schneider (14 globes, dont 3 généraux) qui sont les athlètes les plus récompensés.

Ton opinion