01.10.2020 à 11:55

FootballLes 5 choses à savoir sur le CSKA Sofia, qui défie le FC Bâle

Le club bulgare se déplace à Saint-Jacques ce soir (20 h 30) pour disputer une place en phase de groupes de Ligue Europa.

von
Ugo Curty
Sofia a disputé trois rencontres pour atteindre ce match de barrage face au FC Bâle. Le CSKA a éliminé dans l’ordre les Maltais du Sirens FC (2-1), les Biélorusses du BATE Borisov (2-0), et les Féroïens du B36 Tórshavn (3-1).

Sofia a disputé trois rencontres pour atteindre ce match de barrage face au FC Bâle. Le CSKA a éliminé dans l’ordre les Maltais du Sirens FC (2-1), les Biélorusses du BATE Borisov (2-0), et les Féroïens du B36 Tórshavn (3-1).

KEYSTONE

Il existe deux CSKA Sofia

La première division du championnat de Bulgarie voit double depuis la reprise. Deux clubs estampillés «CSKA» et basés à Sofia évoluent dans la «First Professional Football League». Ils se sont d’ailleurs affrontés en ouverture de saison, le 7 août dernier (2-2). Comment est-ce possible?

Pour comprendre, il faut remonter à 2015. Alors au bord de la faillite, le CSKA est sauvé par l’homme d’affaires Grisha Ganchev (voir ci-dessous). «Il a sorti environ 4 millions d’euros pour racheter le club», se souvient Alexander Sotirov, journaliste sportif à Sofia pour le site spécialisé «Corner.bg». Les dettes sont alors estimées à 13 millions de francs.

Le club repart en troisième division et remporte la Coupe de Bulgarie. Il retrouvera sa place dans l’élite en 2016, après un tour de passe-passe et le rachat de la licence de jeu du PFK Litex Lovetch.

«Certains supporters n’ont pas accepté ce sauvetage et ces méthodes, poursuit Alexander Sotirov. Ils ont donc fait sécession en fondant le FC CSKA 1948 Sofia.» En quatre ans, ce nouveau venu est passé des ligues amateurs à la première division. Sa dernière promotion a été obtenue sur tapis vert après l’interruption de la saison 2019/2020 à cause du coronavirus. «La plupart des supporters continuent malgré tout de suivre le club «historique», racheté par Ganchev, résume Sotirov. Le CSKA Sofia joue toujours dans le Stade de l’armée bulgare. De son côté, le CSKA 1948 peine encore à fédérer.»

Depuis cet été, le Petit Poucet est entraîné par Krasimir Balakov, qui était passé sur le banc de GC (2006-2007) et Saint-Gall (2007-2008).

Un nébuleux président

Grisha Ganchev est l’homme fort du CSKA. «Cet ancien lutteur est à la fois quelqu’un d’excentrique et de mystérieux, détaille Alexander Sotirov. Même s’il a deux associés, et que son fils Danail est aussi très présent en public, tout le monde sait que c’est lui tire les ficelles.»

Cet homme grisonnant a le visage taillé à la hache, une clope souvent coincée au coin de la bouche. À 57 ans, l’oligarque a fait sa fortune au début des années 90, profitant de la chute du bloc communiste. Pétrole, hôtellerie, jus de fruits, sucre, énergie hydroélectrique, automobile, il est actif dans de nombreux domaines d’activité. Sa fortune a été estimée à 480 millions de dollars par le média bulgare Novinite en 2018, faisant de lui le cinquième homme le plus riche du pays. Grand amateur de chevaux, il est aussi connu pour son mécénat dans le milieu de l’art.

Un riche passé européen

Avec 31 titres de champion, le CSKA Sofia – historiquement lié à l’armée – est le club le plus prolifique de Bulgarie. Un riche passé qui lui a aussi permis de briller sur le Vieux-Continent. Le club a disputé trois demi-finales en Coupe d’Europe.

En 1982, les «Rouges» de Sofia avaient notamment fait tomber les «Reds» de Liverpool, emmenés par le grand Kenny Dalglish, en quarts de finale de la Coupe des clubs champions européens (score cumulé 2-1 après prolongations). Le Bayern Munich avait mis fin au rêve bulgare dans le dernier carré (7-4 score cumulé).

Plus «récemment», l’élimination en 16e de finale de la Coupe UEFA 1999 (face à l’Atlético Madrid) reste la meilleure épopée européenne du CSKA.

Une double confrontation en 2009

Les routes du FC Bâle et du CSKA Sofia se sont déjà croisées en Ligue Europa. C’était lors de la campagne 2009-2010. Valentin Stocker était déjà de la partie. Il s’agit d’ailleurs des deux seules confrontations officielles entre les deux formations.

Les Rhénans n’avaient pas fait dans le détail. À l’aller, un doublé d’Alex Frei avait permis au FCB de décrocher les trois points en Bulgarie (0-2). Deux semaines plus tard, Frei avait encore vu double pour le même résultat à Bâle (3-1). Insuffisant pour les Bâlois qui avaient terminé à la troisième place du groupe E, derrière Fulham et l’AS Roma.

KEYSTONE/Archive

Les joueurs à suivre

Le Gambien Ali Sowe est l’un des meilleurs atouts offensifs du CSKA. «Il est rapide et puissant, tout en ayant un bon contrôle de balle, détaille Alexander Sotirov. Il s’attire souvent les critiques des supporters pour son manque de réussite à la finition mais c’est un vrai danger.»

À 26 ans, Sowe s’est relancé en Bulgarie. Il a appartenu durant sept saisons au Chievo Vérone, évoluant principalement dans les divisions inférieures en Italie. Arrivé en 2018 en Bulgarie, le Gambien a inscrit 30 buts (pour 8 passes décisives) en 64 rencontres.


«S’il fallait sortir un autre nom, je choisirais le Portugais Tiago Rodrigues, poursuit le journaliste bulgare. C’est une énigme. Il choisit ses matches. Cela dit, quand il est dans un grand jour, c’est tout simplement le meilleur sur le terrain.»

Malgré quatre saisons au FC Porto (2013-2017), l’ancien international M21 n’a jamais eu sa chance avec les «Dragons». Ce soir, le Portugais de 28 ans est en compétition avec le Franco-Sénégalais Younousse Sankharé (ex-PSG) pour une place dans l’axe, en soutien de l’attaquant.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

David Degen

01.10.2020 à 12:39

Hop FCB.. la Suisse est dernière toi...

Claude72

01.10.2020 à 12:13

Bàle s en sort souvent bien sur la scène européenne.