Actualisé

ChroniqueLes affiches foireuses sur les clopes des gares romandes

Certains fument toujours sur des quais de gares devenus non-fumeurs. Pour leur défense, la communication sur le sujet est à côté de la plaque.

par
Renaud Michiels
«On ne fumera plus que dans la zone fumeurs.» Quand? Pas aujourd'hui, en tout cas...

«On ne fumera plus que dans la zone fumeurs.» Quand? Pas aujourd'hui, en tout cas...

Wikipedia

De Martigny à Neuchâtel en passant par Yverdon, Nyon, Delémont, Montreux ou Fribourg, de nombreuses gares romandes sont devenues non-fumeuses cet été. Y compris Lausanne, le 11 juillet et plus récemment Genève, le 19 août. Pourtant, a-t-on constaté sur place, on croise toujours bon nombre de fumeurs sur les quais.

S’agit-il de torailleurs qui font de la résistance et se foutent des nouvelles normes? En partie, probablement. Mais d’autres n’ont simplement pas compris que les quais sont devenus non-fumeurs. À cause d’une signalétique inaboutie. Et surtout d’une campagne fumeuse et ratée.

Disparition des cendriers

La signalétique, d’abord. À Genève et Lausanne, par exemple, l’interdiction de fumer est clairement indiquée à toutes les entrées des gares. Sur des stèles avec cendriers indiquant «à partir d’ici zone non-fumeuse». Ou encore via un marquage au sol pour certaines entrées lausannoises.

Mais l’enjeu est sur les quais. Or là, ce qui saute aux yeux des fumeurs, c’est surtout la disparition des cendriers. Et on ne trouve plus de signalétique. Il faut aller aux bouts des quais pour trouver les «zones fumeurs», de deux mètres de périmètre aux abords des stèles avec cendriers restantes.

Maladresses

De petites maladresses ajoutent à la confusion. Ainsi, à Lausanne, un pictogramme «interdit de fumer» est toujours présent aux entrées des petites salles d’attente. On pourrait alors se dire que s’il est interdit de fumer à l’intérieur, ce serait donc autorisé à l’extérieur. Ce qui n’est pas le cas. Même petit problème à Genève, mais aux entrées des ascenseurs.

Reste la communication la plus visible et importante à propos des clopes dans les gares: des affiches signées par l’UTP, l’Union des transports publics, étalées en nombre à différents endroits. Or là, le message est aussi clair que clairement faux…

C'est pour demain

«Bonne nouvelle pour les fumeurs: on pourra toujours fumer dans les zones fumeurs», lit-on d’un côté. Et de l’autre: «Bonne nouvelle pour les non-fumeurs: on ne fumera plus que dans la zone fumeurs». «Pourra» et «fumera»: l’usage du futur indique clairement que ce n’est pas encore vigueur, que c’est de la musique d’avenir. Joli foirage.

Une boulette d’autant plus ridicule qu’elle provient manifestement d’une traduction un peu rapide. Car il n’y a pas d’emploi du futur en allemand: «Im Raucherbereich darf weiterhin geraucht werden» – «On peut continuer à fumer dans la zone fumeur». Ni en italien: «è encora consentito fumare nella zona fumatori» – «il est toujours permis de fumer dans la zone fumeur».

Bonne nouvelle pour les fumeurs, donc: ils ont réussi l’exploit de leur fournir des armes pour se moquer des règles.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!