Actualisé

Bilan 2013Les agences de voyages ont étoffé leur chiffre d'affaires

Chaque agence a augmenté en moyenne de 2,9% ses recettes, à 4,7 millions de francs. Si les Suisses aiment toujours voir du pays, ils n'ont fait que 2,7 escapades de trois nuitées au moins, contre 2,8 l'année précédente.

Les agences de voyages ont réalisé une bonne année 2013.

Les agences de voyages ont réalisé une bonne année 2013.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, AFP

Les spécialistes de voyages helvétiques ont légèrement étoffé leur chiffre d'affaires l'an passé.

A court terme, les voyagistes prévoient toutefois que leur volume d'affaires fera du surplace, selon l'enquête de la Fédération suisse du voyage (FSV) et de l'Université de St-Gall présentée ce mercredi 10 septembre à Zurich. Et contrairement à l'an dernier, ils s'attendent à des prix en légère baisse, avec des marges toujours sous pression.

Dans les 417 bureaux participants, la productivité reste pratiquement stable. Le chiffre d'affaires moyen par collaborateur s'inscrit à 1,02 million de francs. Le rendement s'est encore amélioré, passant de 1,2% à 1,4%. Les honoraires de conseil représentent une part croissante des revenus, signale la FSV.

Côté destinations, les professionnels s'attendent là aussi à une stagnation. Si l'Amérique du Nord devrait être plus prisée, ils escomptent une demande modérée pour l'Australie et l'Amérique du Sud. En Europe, la Grèce, l'Espagne, la Turquie et l'Italie, comme l'an passé, présentent toujours le meilleur potentiel.

Voyageurs et individualistes

La tendance à organiser soi-même son voyage augmente, relève la FSV. Selon le sondage de l'assureur Allianz Global Assistance publié en parallèle mercredi, plus d'un voyageur helvétique sur cinq a quand même recouru à une agence cette année. Du coup, celles-ci ont accru de 4% leur part de marché.

Parmi ceux qui s'en remettent aux spécialistes, 61% préfèrent une formule personnalisée au forfait, ce dernier étant privilégié par les jeunes et les personnes âgées. La spontanéité compte aussi, puisque plus de la moitié des sondés effectue sa réservation moins de deux mois à l'avance.

Quant au besoin de sécurité, il reste caractéristique. Un Suisse sur deux a souscrit une assurance voyage en 2014, dont près de la moitié pour une année entière. La situation politique à destination reste déterminante pour 84% des voyageurs, contre 59% voici un an. Seuls 5% des voyageurs déclarent toutefois des problèmes liés à des troubles ou des actes terroristes sur place.

Concurrence d'internet

La concurrence en ligne s'est intensifiée, passant de 53% à 63% des réservations. La part des personnes qui utilisent plusieurs canaux a augmenté de 9% à 17%. «Avec une bonne présence sur internet combinée au contact direct, la branche peut envisager l'avenir avec sérénité», estime Walter Kunz, directeur de la FSV.

Pour une agence, la qualité du conseil est décisive. Ainsi, 40% des personnes interrogées citent l'importance de la relation personnelle, contre moins de 10% les années précédentes. Près de trois quarts des répondants privilégient leur voyagiste habituel, davantage parmi les jeunes (81%) que les plus de 65 ans (56%).

(ats)

Votre opinion