Suisse: Les allergiques aux pollens ont particulièrement souffert en 2022

Publié

SuisseLes allergiques aux pollens ont particulièrement souffert en 2022

Il n’y a eu que peu de journées sans pollen depuis le début de l’année. Il est conseillé de commencer une désensibilisation dès maintenant en vue de la saison prochaine.

par
Christine Talos
Les personnes souffrant du rhume des foins ont été mises à rude épreuve ce printemps.

Les personnes souffrant du rhume des foins ont été mises à rude épreuve ce printemps.

Getty Images

Rares sont les allergiques qui n’ont pas éternué abondamment ces derniers mois. En effet, l’année pollinique 2022 a été particulièrement redoutable pour eux. Car il n’y a eu que peu de journées sans pollen depuis le début des fortes concentrations en janvier, relève aha! Centre d’Allergie Suisse, dans un communiqué mardi.

Tout a commencé par l’envol exceptionnellement précoce des pollens des noisetiers, qui a débuté avec 20 à 30 jours d’avance par rapport à la moyenne de 1991 à 2020. Ces arbres ont en effet fleuri tout au début de l’année au nord des Alpes. Du coup, la hotline d’aha! a été fortement sollicitée dès janvier, souligne le centre.

Pollen de bouleau très important

Les pollens d’aulnes et de bouleaux qui ont suivi ont également été abondants. Pour cette dernière essence d’arbre, la floraison a été particulièrement intense dès les beaux jours, soit la mi-mars. Sa concentration pollinique a été forte durant 16 à 29 jours sur le Plateau et 36 jours dans le Tessin. Ce sont 13, voire 16 jours, avec une charge plus élevée que la moyenne, précise aha!

Ces pollens ont ensuite été pratiquement directement remplacés dès la mi-avril par ceux des graminées, également en avance par rapport à la moyenne. «Les personnes souffrant du rhume des foins ont donc été vraiment mises à rude épreuve à partir de début mai sur le versant nord des Alpes», souligne le centre. Des concentrations très élevées y ont été mesurées entre 6 et 21 jours selon les stations, soit plus souvent que la moyenne là aussi.

Commencer maintenant sa désensibilisation

En ce qui concerne les différences régionales: les concentrations polliniques étaient généralement plus élevées en Suisse alémanique qu’en Suisse romande et en Valais.

Du coup, les personnes allergiques bénéficient actuellement d’un répit. Elles devraient en profiter pour entamer dès maintenant une désensibilisation, recommande aha! But: avoir moins de problèmes à la prochaine saison. «Les troubles liés au rhume des foins sont ainsi diminués de 75 à 80% et la consommation de médicaments peut être nettement réduite», selon Roxane Guillod, responsable suppléante des services spécialisés chez aha! Centre d’Allergie Suisse.

Le réchauffement rend les pollens plus agressifs

Nombreuses sont les personnes allergiques aux pollens. Et le nombre de personnes touchées par ce mal pourrait augmenter au fil des ans. «L’OMS estime que si rien n’est fait pour enrayer le réchauffement climatique, 50% de la population sera allergique en 2050», avait indiqué Jocelyne Just, pédiatre allergologue et pneumologue à l’hôpital Trousseau à Paris en mai dernier. Selon elle, les pollens sont de plus en plus agressifs du fait du réchauffement. La hausse des températures entraîne en effet une production de pollens plus importante des végétaux, selon la spécialiste. 

Ton opinion

0 commentaires