27.08.2020 à 12:31

Randonnée«Les Alpes sont un terrain de jeu inépuisable!»

Après un périple de 390 km sur le parcours mythique de la Via Alpina, des auteurs romands amoureux de la nature ont réalisé un guide distillant leurs meilleurs conseils pratiques.

par
Laura Juliano
Durant l’été 2019, des journalistes de Terre & Nature se sont relayés pour parcourir un tronçon de la Via Alpina qui relie en 20 étapes Montreux à Vaduz.

Durant l’été 2019, des journalistes de Terre & Nature se sont relayés pour parcourir un tronçon de la Via Alpina qui relie en 20 étapes Montreux à Vaduz.

Helvetiq

«La Via Alpina est pour les randonneurs ce que la Route 66 est pour les fans de Harley-Davidson.» Voici comment les auteurs du livre qualifient ce parcours de 390 kilomètres reliant 14 cols de Montreux à Vaduz en 20 étapes.

Tout a commencé l’été dernier, lorsque les journalistes de l’hebdomadaire romand «Terre&Nature» se sont lancés à la conquête des crêtes vertigineuses, sommets et glaciers spectaculaires de ce sentier de grande randonnée. Approchés par les éditions Helvetiq, ils ont mis leur expérience à profit des lecteurs avides de grand air dans un ouvrage intitulé «Via Alpina, La traversée des Alpes suisses en 20 étapes».

Alexander Zelenka et Clément Grandjean y livrent leurs meilleurs conseils en matière de planification selon la durée de marche, l’altitude et le degré de difficulté des parcours. Les lecteurs y trouveront aussi des informations sur les hébergements à proximité.

Pandémie et découvertes locales

Ce livre tombe à point nommé alors que le voyage au-delà des frontières helvétiques est compromis par la pandémie de coronavirus. L’occasion pour les citadins de se mettre au vert en arpentant des contrées méconnues et pourtant si proches.

«Les Alpes sont un terrain de jeu inépuisable et nous avons la chance de les avoir tout près, note Alexander Zelenka, rédacteur en chef de «Terre&Nature». Les restrictions imposées sur les voyages à l’étranger vont certainement rediriger l’attention du public sur les beautés dont nos espaces naturels regorgent. Que l’on soit amateur de sport, épicurien, amoureux de culture ou simplement contemplatif, il y a mille manières de profiter de la montagne!»

Des paysages à couper le souffle mais parfois aussi un parcours semé d’embûches. L’ouvrage rappelle d’ailleurs à juste titre aux lecteurs de prendre toutes les précautions nécessaires à leur sécurité.

«La neige nous a presque barré la route dans les Alpes glaronnaises en octobre, relate l’auteur. Au col de Richetli, à 2200 mètres d’altitude, il y avait un mètre de poudreuse, on ne voyait plus le sentier. On y est allés quand même et malgré quelques inquiétudes concernant la descente sur l’autre versant qui est assez raide au début, ça a passé. C’était impressionnant de se retrouver au cœur de ces vastes montagnes désertes sur le point d’être figées par l’arrivée soudaine de l’hiver.»

Découvrir son pays autrement

Les Suisses le réalisent plus que jamais aujourd’hui: nul besoin d’aller à l’autre bout du monde pour en prendre plein la vue. «En restant dans notre pays, on peut vivre des aventures trépidantes, admirer un panorama exceptionnel, mais aussi découvrir de nouveaux aspects culturels, architecturaux et culinaires, s’enthousiasme le journaliste. On rentre de ce voyage avec l’impression de mieux connaître la Suisse.»

Ceux qui ne souhaiteraient effectuer qu’une partie de cette fameuse expédition ne seront pas en reste: le guide fournit des indications pour se rendre au point de départ de chaque étape. Si l’itinéraire ne présente pas de difficulté technique particulière, les auteurs soulignent qu’il est bon d’avoir une certaine expérience de la marche ainsi qu’une bonne condition physique.

Car les étapes font pour la plupart une vingtaine de kilomètres avec un dénivelé positif pouvant atteindre 1500 voire 2000 mètres. «Cela dit, en étant motivé, c’est tout à fait faisable. L’itinéraire est dans son ensemble très bien balisé», remarque Alexander Zelenka. Et d’ajouter: «La vue des paysages grandioses qui se succèdent est un remède efficace contre les courbatures les plus tenaces!»

Leurs coups de cœur

Helvetiq/Keystone

Alexander Zelenka: «Le chevauchement tectonique de Sardona, inscrit à l’Unesco, que l’on peut admirer sur plusieurs tronçons du parcours, entre les cantons de Glaris et Saint-Gall. C’est le seul endroit de toutes les Alpes où les couches géologiques les plus jeunes se trouvent au-dessus des plus anciennes. C’est spectaculaire!»

Helvetiq/www.sac-bluemlisalp.ch

Clément Grandjean: «Les Alpes bernoises. Près du glacier de la Blüemisalp, au-dessus de Kandersteg, on se croirait en Patagonie.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
9 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Lemarcheur

28.08.2020 à 15:54

Affirmer que le chevauchement tectonique de Sardona est le seul endroit des Alpes où les couches les plus jeunes se trouvent au dessus des plus anciennes est erroné. Allez juste admirer le plissement des Dents de Morcles depuis Mex

Hubert

28.08.2020 à 15:42

Les alpes deviennent un peu banales quand on les a vu assez longtemps. Il faut voir des montagnes qui dépassent les 5000 mètres, les volcans , ... , mais aussi les paysages sous-marins un peu plus vivants que des glaciers !

Corinne

28.08.2020 à 10:06

Merci de ne pas encourager les gens à "consommer" nature et grands espaces. Nous faisons partie de la nature et à ce titre devrions la respecter. Le terme "terrain de jeux" est inapproprié mais il dénote une façon de penser consumériste et stupide de personnes pendant uniquement au fin et à la performance, ces gens là n'ont rien à faire dans la nature, qu'ils restent en salle de sport