Actualisé 12.06.2018 à 18:49

«Les animaux sont traités comme des objets jetables»

Alerte

La protection zurichoise des animaux tire la sonnette d'alarme. Selon elle, les cas extrêmes de maltraitance se multiplient depuis un an.

par
ofu
1 / 4
Souvent, les bêtes abandonnées ont tellement de noeuds qu'elles doivent être tendues. Et il n'est pas rare qu'elles n'aient plus que la peau sur les os.

Souvent, les bêtes abandonnées ont tellement de noeuds qu'elles doivent être tendues. Et il n'est pas rare qu'elles n'aient plus que la peau sur les os.

Protection zurichoise des animaux
Lyly, une femelle, a pu être sauvée après avoir été emmenée d'urgence chez un vétérinaire.

Lyly, une femelle, a pu être sauvée après avoir été emmenée d'urgence chez un vétérinaire.

Protection zurichoise des animaux
Les anciens propriétaires de ce lapin ne se sont pas du tout occupés de ses poils.

Les anciens propriétaires de ce lapin ne se sont pas du tout occupés de ses poils.

Protection zurichoise des animaux

Déshydratation, gros nœuds dans le pelage et un état de santé général inquiétant: «Depuis près d'une année, les cas extrêmes se multiplient dans notre refuge», a expliqué lundi la Protection zurichoise des animaux dans un communiqué.

Tommy, un chat mâle, en est un des tristes exemples. Le pauvre félin a été déposé devant les locaux de l'organisation dans un état très inquiétant. À tel point qu'un vétérinaire a dû le piquer quelques jours plus tard. Lily, une femelle souffrant de diabète, a eu pour sa part plus de chance. Elle a survécu grâce à l'intervention rapide de la Protection zurichoise des animaux.

À en croire l'organisation, ces cas ne sont que la partie visible de l'iceberg. Presque tous les jours, les employés se retrouvent confrontés à des animaux avec d'imposants nœuds dans le pelage, des ongles beaucoup trop longs ou encore du tartre plein les dents. «Si ces bêtes ne sont pas soignées à temps par un vétérinaire, leur état se dégrade rapidement.» Et d'ajouter: «Souvent, les gens attendent trop longtemps et se débarrassent de leur animal à moitié mort auprès de nous. Les animaux sont traités comme des objets jetables.»

«Eviter de grosses souffrances»

Selon «20 Minuten», qui se base sur le communiqué de l'organisation, de nombreux propriétaires n'ont en effet pas le sens des responsabilités, ne sont pas suffisamment informés ou manquent d'empathie. «Les changements au niveau du corps ou du comportement des animaux sont des signaux d'alerte qu'il faut prendre au sérieux. Celles et ceux qui ne les reconnaissent pas ne devraient pas posséder d'animaux.» La protection zurichoise des animaux rappelle également que l'ignorance ne protège pas les mauvais propriétaires de potentielles conséquences juridiques.

Rommy Los, directeur de l'organisation, conseille à toute personne se sentant dépassée par les événements d'aller chercher de l'aide: «Cela peut éviter de grosses souffrances aux animaux et leur éviter la mort.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!