Publié

OpéraLes Arènes d'Avenches accueilleront «La Bohème»

«La Bohème», oeuvre lyrique de Giacomo Puccini, sera interprétée dès le 5 juillet dans les arènes d'Avenches.

Une soixantaine des choristes en costumes d'époque interpréteront «La Bohème» dans les arènes d'Avenches.

Une soixantaine des choristes en costumes d'époque interpréteront «La Bohème» dans les arènes d'Avenches.

Keystone

Une des oeuvres les plus populaires du répertoire lyrique, «La Bohème» de Giacomo Puccini (1858-1924), prend ses quartiers dès le 5 juillet aux Arènes d'Avenches (VD). Cette nouvelle production sera jouée six fois jusqu'au 17 juillet.

L'héroïne «Mimi» sera interprétée par la soprano grecque Alexia Voulgaridou. Jeune mais jouissant déjà d'une solide renommée, elle connaît bien ce rôle. Elle l'a par exemple interprété à la Scala de Milan et à Covent Garden, à Londres.

Rodolfo prendra les traits du ténor roumain Teodor Ilincai. Le personnage de Musetta sera tenu par la soprano neuchâteloise Brigitte Hool. Le baryton américain Franco Pomponi sera à découvrir en Marcello, tandis que le basse russe Daniel Golossov prêtera sa voix au philosophe Colline.

La direction musicale sera assurée par Stefano Ranzani. Après avoir dirigé «Un Ballo in maschera» en ouverture de saison 2010-2011 à l'Opéra de Lausanne, le chef milanais sera à la tête de l'Orchestre de Chambre de Lausanne. Pascal Mayer dirigera le Choeur de l'Opéra de Lausanne. Sur scène, plus de soixante choristes en costumes d'époque redonneront vie à la bohème parisienne.

Mise en scène épurée

Le spectacle est signé Eric Vigié, metteur en scène et directeur artistique d'Avenches Opéra. Quinze ans après sa dernière programmation dans les arènes, le chef d'oeuvre puccinien est revisité dans un dispositif épuré.

En collaboration avec Eric Vigié, Gian Maurizio Fercioni a conçu des décors, réalisés dans les ateliers de l'Opéra de Lausanne. A partir de photographies «noir et blanc» d'époque, ils font revivre le Paris populaire des années 1900.

La Bohème est un opéra en quatre tableaux sur un livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, d'après le roman «Scènes de la vie de bohème» d'Henri Murger. L'action se déroule dans le milieu artistique du Quartier latin.

Un opéra sans message

Selon Eric Vigié, «La Bohème» est «une histoire d'amour, rien d'autre». C'est un opéra sans message, ni politique, ni philosophique. «C'est du vérisme dans ce qu'il y a de plus réaliste, et sans fioriture».

Puccini raconte la vie d'artiste qu'il a lui-même connue: la lutte pour survivre sans argent et sans travail. C'est une tranche de vie, avec des artistes en devenir qui étudient, dans une période troublée, avec une Mimi, timide, réservée, malade, et une Musette, belle, sûre d'elle et turbulente.

Faite de liberté, de joie de vivre et d'amour, l'existence insouciante de cette bande de jeunes se trouve pourtant rattrapée par la misère et l'exclusion. Cet opéra romantique, créé en 1896 au Teatro Regio de Turin, alterne des scènes légères et des instants graves et bouleversants.

Infobox

Place aux jeunes

Le festival, dont c'est la 18e édition, favorise la présence des jeunes dans le public. Les enfants de moins de 16 ans accompagnés d'un adulte bénéficient de l'entrée gratuite. Les étudiants et les apprentis jusqu'à 25 ans obtiennent 50% de rabais sur le prix des entrées.

(ats)

Ton opinion