Afghanistan - Les armes des Américains, une aubaine pour les talibans

Publié

AfghanistanLes armes des Américains, une aubaine pour les talibans

En quelques jours, l’armée afghane, financée et formée par les Etats-Unis, s’est effondrée. Les talibans en profitent pour renforcer leur arsenal.

Sur cette photo prise vendredi, des combattants talibans montent la garde au bord de la route à Herat, la troisième plus grande ville d’Afghanistan, dont ils ont pris le contrôle jeudi.

Sur cette photo prise vendredi, des combattants talibans montent la garde au bord de la route à Herat, la troisième plus grande ville d’Afghanistan, dont ils ont pris le contrôle jeudi.

AFP

Les États-Unis ont dépensé en 20 ans des centaines de milliards de dollars pour former et équiper l’armée afghane. Mais cela n’a pas empêché celle-ci de se désagréger devant l’offensive des talibans qui amassent un redoutable arsenal dérobé à l’ennemi. «Nous avons fourni à nos partenaires afghans tous les outils, laissez-moi insister là-dessus, tous les outils», avait déclaré en juillet le président américain, Joe Biden, en défendant sa décision de retirer les dernières troupes américaines du pays et de laisser les Afghans se battre pour leur avenir.

Mais les membres des forces de sécurité afghanes n’ont pas montré une grande envie de combattre. Par milliers, ils ont déposé les armes, parfois sans avoir opposé la moindre résistance. Les talibans, eux, se sont empressés de mettre la main sur ces «outils». Les sites internet pro-talibans abondent de vidéos de combattants talibans saisissant une cargaison d’armes, pour la plupart fournies par les puissances occidentales. D’autres images de soldats se rendant aux talibans dans la ville de Kunduz, dans le nord-est du pays, montrent des véhicules blindés équipés de lance-roquettes aux mains des insurgés.

Dans la ville occidentale de Farah, des combattants patrouillent les rues dans un véhicule siglé d’un aigle piquant sur un serpent, l’insigne officiel des services de renseignement afghans. Même si les troupes américaines ont emmené avec elles en se retirant l’équipement dit «sophistiqué», les talibans ont récupéré «des véhicules, des humvees, des armes légères et des munitions», explique Justine Fleischner, de l’ONG Conflict Armament Research (CAR).

«Une énorme aubaine»

Pour les experts, ce butin inespéré a largement aidé les talibans, qui peuvent aussi compter sur leurs propres sources d’approvisionnement en armes. Le Pakistan, notamment, a été accusé de financer et armer les talibans, ce qu’il a toujours démenti. Cet armement ne va pas seulement aider les talibans à fondre sur Kaboul, mais à «renforcer leur autorité» dans les villes dont ils se sont emparés, estime Raffaello Pantucci, expert à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour.

Les troupes américaines étant désormais quasiment toutes parties, les talibans se retrouvent les mains remplies de matériel américain, sans avoir eu à dépenser un centime pour l’acquérir. «C’est incroyablement sérieux. Cela va indéniablement être une énorme aubaine pour eux», ajoute M. Pantucci. A quelques semaines du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, cet arsenal est fièrement exhibé par les talibans, qui continuent, selon l’ONU, à entretenir des liens étroits avec Al-Qaïda, le groupe responsable de ces attaques.

Les Américains étaient préparés à ce que certaines armes soient saisies par les talibans, mais la chute rapide des villes était le scénario le plus pessimiste pour eux, explique à l’AFP Jason Amerine, un ancien membre des forces spéciales américaines qui avait pris part à l’invasion de 2001 pour chasser les talibans du pouvoir. «Les États-Unis ont équipé l’ANA (l’armée nationale afghane) en présumant que des armes et du matériel pourraient tomber aux mains des talibans», dit-il. «La crise actuelle était le scénario du pire, quand les décisions de dotation ont été prises.»

Propagande

A Kunduz, un taliban assis sur une moto rouge est filmé au moment où il regarde, extatique, un hélicoptère militaire posé sur le tarmac proche. La même jubilation est perceptible dans tous les territoires conquis par les insurgés. Mais s’ils continueront à montrer ces images pour galvaniser leurs troupes, les talibans ne pourront utiliser cet hélicoptère sans pilote.

«Ce sera à des fins de propagande uniquement», déclare Aki Peritz, un ancien analyste en contre-terrorisme de la CIA. Les armes légères seront bien plus utiles, comme les véhicules qui faciliteront les déplacements sur ce terrain accidenté. Cet équipement, associé au moral déclinant de l’armée afghane, renforcera la menace posée par les talibans. Pourtant, l’administration Biden a indiqué qu’elle continuerait à équiper l’armée afghane, au bord de l’effondrement.

L’histoire se répète pour les États-Unis. Après leur retrait d’Irak, le groupe État islamique (EI) avait pris le contrôle de la ville de Mossoul à la mi-2014, en saisissant des armes et des humvees américains. L’EI s’en était ensuite servi pour proclamer son califat en Irak et en Syrie. Comme les combattants de l’EI à Mossoul, des recrues talibanes posent pour des photos, sourire aux lèvres, avec des munitions prises à l’ennemi, dans les villes nouvellement conquises, partout en Afghanistan. «Cette retraite tourne à la débâcle», constate M. Peritz.

(AFP)

Ton opinion