11.03.2013 à 15:33

SantéLes assureurs complémentaires profitent des nouveaux tarifs

Le nouveau système de financement hospitalier permet aux caisses complémentaire des économies estimées à un milliard de francs.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Les caisses complémentaires font partie des gagnants du nouveau financement hospitalier introduit en 2012.

Le nouveau système leur permet des économies estimées à un milliard de francs. La FINMA examine actuellement l'ensemble des tarifs hospitaliers de l'assurance complémentaire.

«C'est une décision inhabituelle», a déclaré lundi, Tobias Lux, porte-parole de l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA) confirmant une information de la NZZ am Sonntag.Normalement, la FINMA ne surveille les assureurs offrant des complémentaires pour la maladie que si leurs tarifs changent ou lors de manquements ou de problèmes de solvabilité.

Le contrôle est devenu nécessaire car avec le nouveau financement hospitalier introduit l'an dernier les conditions pour les assureurs offrant des complémentaires ont changé. Une première enquête représentative auprès de différents assureurs a montré que la charge des sinistres avait nettement baissé.

Pour les caisses complémentaires, l'assurance hospitalière dans toute la Suisse pour les divisions demi-privée et privée a baissé de 15 à 20%, a ajouté Tobias Lux.

La raison est que diverses prestations ont été reprises par l'assurance de base ou par les cantons. Les économies pour les assureurs complémentaires sont estimées à un milliard de francs, selon une évaluation des cantons. Un chiffre sur lequel la FINMA n'a pas voulu s'exprimer.

Pas de diminution automatique

La FINMA s'attend maintenant à ce que les primes des assurances complémentaires en matière de couverture hospitalière baissent. Tous les assurés ne peuvent pas s'attendre automatiquement à une diminution de leurs primes, a ajouté M. Lux.

Les tarifs sont dépendants de la charge des sinistres mais également des provisions nécessaires et du renchérissement. Des incertitudes demeurent à cause de tarifs hospitaliers non encore fixés et par rapport aux conséquences de l'introduction du nouveau système de forfaits par cas liés au diagnostic (DRG).

Selon la FINMA, 21 assureurs privés étaient actifs uniquement dans l'assurance maladie complémentaire au 1er janvier 2013. En outre, 15 caisses-maladie offraient des assurances complémentaires, en plus de la base. Les assurés ont payé en 2011 au total 6,4 milliards de francs de primes pour des complémentaires et 23,6 milliards pour l'assurance de base.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!