Publié

AllemagneLes autorités frappent les réseaux islamistes

Berlin a également interdit l'organisation salafiste qui distribuait des Corans dans la rue.

Plus de 200 lieux ont été perquisitionnés dans toute l'Allemagne.

Plus de 200 lieux ont été perquisitionnés dans toute l'Allemagne.

Twitter @bild.de

Le gouvernement allemand a interdit l'organisation salafiste «Die wahre Religion» (DWR ), a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, peu après une vaste opération policière. Il l'accuse de recruter des combattants pour le groupe djihadiste et terroriste Etat islamique (EI).

DWR («Vraie religion») est soupçonnée d'avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe Etat islamique (EI). L'organisation DWR est connue pour des distributions gratuites de Corans dans les rues, lors de campagnes baptisées: «Lis!».

Deuxième interdiction

«Le message que nous envoyons aujourd'hui est de dire qu'il n'y a pas de place en Allemagne pour les islamistes», a déclaré Thomas de Maizière mardi matin devant les médias à Berlin. «Nous ne voulons pas de terrorisme en Allemagne, nous ne voulons qu'il y ait de la propagande en faveur du terrorisme en Allemagne ou qu'il soit exporté depuis l'Allemagne», a-t-il ajouté.

C'est la deuxième fois seulement depuis 2001, que les autorités allemandes prennent une telle décision: à l'époque, un groupuscule appelé «L'Etat du califat», agissant depuis Cologne, avait lui aussi été interdit en raison de son idéologie extrémiste.

Agence de recrutement

Selon une porte-parole du ministère de l'Intérieur, l'organisation DWR sert d'agence de recrutement pour le compte du groupe Etat islamique, sans pour autant que des éléments indiquent qu'elle ait préparé elle-même des attentats. Le ministre pense que DWR a enfreint la Loi fondamentale (Constitution) de l'Allemagne et incité à la haine, a ajouté la porte-parole.

C'est dans ce cadre que la police allemande a lancé tôt mardi matin une opération dans dix Etats régionaux contre DWR. Des centaines de policiers ont perquisitionné plus de 200 mosquées, appartements et bureaux des responsables et d'adhérents de l'organisation salafiste.

Le mouvement visé mardi est soupçonné d'avoir encouragé environ 140 Allemands à rejoindre les rangs de l'EI en Syrie ou en Irak en glorifiant les attentats du groupe, a précisé à la presse à Berlin le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière. Il avait aussi décrété que le refus de la démocratie était «un devoir pour les musulmans», selon le ministre.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!