Publié

silLes "autres yeux" du Mondial au Brésil (REPORTAGE-DOSSIER)

Par Rosa SULLEIRO Sao Paulo, 22 mai 2014 (AFP) - André commente le deuxième but du club Sao Paulo depuis l'une des cabines du stade Pacaembu.

Sa voix transmet une émotion contenue pour se consacrer à l'essentiel: il s'entraîne pour raconter en direct à des aveugles les matchs du Mondial. Ce jeune employé d'administration de 26 ans doit photographier le terrain avec sa voix pour que Fabricio puisse le visualiser et décider si l'égalisation à 2-2 du Sao Paulo contre le Coritiba a été vraiment le but merveilleux dont tout le monde parle. Fabricio, lui, est un économiste de 29 ans. Le football l'enchante tellement qu'il ne rate aucun match à la radio de son équipe de coeur, le Palmeiras. Son visage s'éclaire quand il se rappelle la dernière fois qu'il est allé sur le terrain pour "sentir" un match. Fabricio est aveugle de naissance. "J'adore aller au stade mais ce n'est pas facile. J'ai l'habitude de suivre les matchs à la radio mais ça m'énerve quand les locuteurs chantent ces "Goooooooooooooal!!!!!!!!!!!" interminables parce que je rate beaucoup de choses". Ce samedi de mai, Fabricio est au stade Pacaembu de Sao Paulo pour qu'André s'exerce à aiguiser son regard. C'est grâce aux yeux d'André que les spectateurs malvoyants pourront vivre les rencontres du Mondial dans quatre des douze stades brésiliens: Rio de Janeiro, Brasilia, Belo Horizonte et Sao Paulo. Tous pourront se connecter à travers la radio sur une fréquence à courte distance qui sera émise d'une cabine de presse de chacun de ces stades, où seront présents André et 15 collègues formés aux audio-descriptions des matchs. Il y aura une paire d'intervenants par match dans ces quatre stades que la Fédération internationale de football (Fifa) dotera de cette technologie. Le narrateur insistera sur le langage corporel, les expressions des visages, l'environnement, les tenues, les couleurs et tout autre renseignement utile pour mieux appréhender l'ambiance qui règne dans l'arène. Aujourd'hui c'est la répétition générale à Sao Paulo, la fin d'un processus qui a commencé quand l'Association brésilienne pour malvoyants (URECE) a choisi 16 locuteurs volontaires parmi 60 candidats. "Le football au Brésil est une culture et les malvoyants doivent aussi pouvoir y accéder pour s'intégrer", affirme Gabriel Mayr, porte-parole de cette ONG. Dans le monde, 285 millions de personnes sont aveugles ou atteintes de troubles graves de la vision et 6,5 millions au Brésil, selon les chiffres officiels. Et ils aimeraient eux aussi ressentir pleinement l'émotion d'un match du Mondial. C'est ce qu'a constaté Martin Zwischenberger il y a dix ans. Ce journaliste sportif autrichien s'est rendu un jour dans un musée de Vienne où l'on proposait aux visiteurs de se mettre dans la peau d'un malvoyant. Les guides étaient aveugles et faisaient une audio-description de l'exposition. Martin Zwischenberger a été tellement marqué par cette expérience qu'il a fini par emmener un groupe de 50 aveugles "voir" un match de foot qu'il a narré lui-même. A partir de là, il a entamé un voyage pour créer un nouveau langage qui raconte le football à ceux qui ne peuvent pas le voir mais veulent le sentir. C'est ainsi qu'il a contacté le Centre d'accès au football en Europe (CAFE) qui lui a permis de devenir formateur de locuteurs jusqu'à Sao Paulo, avant de passer à Rio et Brasilia. "Ce projet m'a apporté d'énormes satisfactions. Pendant l'Euro-2012, un groupe de 20 supporteurs aveugles qui suivaient l'audio-description ont été les premiers à se lever pour commémorer un but. Comme ils ont tardé quelques secondes à entendre leurs voisins commémorer aussi, ils ont pensé que c'était une erreur de ma part", se rappelle-t-il en riant. Le match au Pacaembu a pris fin et Fabricio retire ses écouteurs, prend sa canne blanche et entre dans la cabine où les locuteurs l'attendent, anxieux de connaître ses impressions. "J'ai adoré l'expérience, je me suis senti beaucoup plus dans le match", déclare-t-il avant de consulter un message sur son portable sonore. Martin Zwischenberger quittera Sao Paulo heureux. Les volontaires ont réussi à visualiser le match en paroles. Et Fabricio en est la preuve: "Le but d'Ademilson a été superbe!" rs/cdo/ybl/pal/ol/jcp

(AFP)

Ton opinion