Recherche: Les Babyloniens, champions des maths

Actualisé

RechercheLes Babyloniens, champions des maths

Les mésopotamiens ont peut-être été les meilleurs astronomes de l'antiquité.

quatorze siècles avant les Européens, les mathématiciens et astronomes Babyloniens avaient décrit les mouvements des astres avec un grande justesse - peut-être mieux que les Grecs antiques - conclut une nouvelle recherche. (Image d'illustration - Le Lion de Babylone, sur le site historique de Babylone, en actuelle Iraq).

quatorze siècles avant les Européens, les mathématiciens et astronomes Babyloniens avaient décrit les mouvements des astres avec un grande justesse - peut-être mieux que les Grecs antiques - conclut une nouvelle recherche. (Image d'illustration - Le Lion de Babylone, sur le site historique de Babylone, en actuelle Iraq).

Keystone

Les astronomes babyloniens ont inventé des formules mathématiques et géométriques très avancées pour traquer le mouvement de Jupiter, quatorze siècles avant les Européens, affirment des chercheurs.

La planète était associée au principal dieu des Babyloniens, Marduk, patron de Babylone.

L'astro-archéologue Mathieu Ossendrijver, de l'université Humboldt à Berlin, a fait cette découverte en réexaminant des inscriptions cunéiformes sur des tablettes d'argile, datant de 350 à 50 ans avant l'ère chrétienne qui se trouvent au British Museum à Londres.

Jusqu'alors les historiens de la science pensaient que les savants de Babylone en Mésopotamie - qui correspond aujourd'hui à l'Irak - prédisaient le mouvement du soleil, des planètes et de la lune à l'aide de formules arithmétiques simples en observant la voûte céleste dans le désert.

Plus sophistiquées que celles des Grecs

Or les auteurs de l'étude, publiée dans la dernière livraison de Science, ont conclu après plusieurs années de travaux fastidieux, que les Babyloniens ont inventé des concepts mathématiques et géométriques qui décrivent les relations entre le mouvement, le temps et la position des objets célestes.

Des concepts très familiers à tous les physiciens ou mathématiciens modernes, mais dont on pensait qu'ils n'étaient apparus que bien après les Babyloniens.

Les inscriptions des astronomes mésopotamiens révèlent des représentations géométriques des objets plus abstraites et sophistiquées que celles des Grecs anciens, avec une dimension représentant le temps, souligne l'historien Alexander Jones de l'université de New York, qui n'a pas participé à cette étude.

Génies mésopotamiens

De tels concepts n'ont pas été «redécouverts» avant le début du XIVe siècle en Europe, ajoute-t-il. Cela témoigne du «génie de ces savants inconnus de Mésopotamie, inventeurs de l'astronomie mathématique babylonienne».

Après que l'écriture cunéiforme s'est éteinte au premier siècle de l'ère chrétienne, on pensait que l'astronomie babylonienne était à jamais tombée dans l'oubli. Il a fallu attendre que des philosophes et mathématiciens français et anglais réinventent ces concepts à la fin du Moyen Âge, explique le professeur Jones.

Selon lui, cette découverte pourrait indiquer que la géométrie de Babylone n'avait finalement peut-être pas complètement disparu.

(ats)

Ton opinion