Publié

EtudeLes battements du cœur relient corps et esprit

Des chercheurs de l’EPFL, avec des confrères britanniques, ont pu démontrer que le rythme cardiaque renforçait les liens entre corps et esprit.

Des chercheurs ont découvert que le corps et l'esprit étaient reliés par le rythme cardiaque. Le cerveau analyse cette information interne, en conjonction avec les signaux visuels, afin de construire une conscience de soi, selon les travaux des scientifiques.

Si l'on est généralement pas conscient des battements de son coeur, ce rythme intérieur contribue à la perception du corps, a indiqué jeudi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

«Nous savons depuis une décennie déjà que les organes internes jouent un rôle important dans les phénomènes d«identification de soi», explique Olaf Blanke, co-auteur de cette étude qui doit être publiée fin 2013 dans la revue «Psychological Science». «Ce qui est véritablement innovant dans notre approche, c«est que nous avons pu découvrir que ces signaux internes s'intègrent aux signaux visuels», ajoute le spécialiste, cité dans un communiqué de la haute école.

Pour leur expérience, les scientifiques ont fait porter à dix-sept participants des lunettes vidéo leur présentant une image de leur propre corps en temps réel, comme s'il se trouvait environ deux mètres devant eux. Dans le même temps, un électrocardiogramme mesurait les battements du coeur et la représentation virtuelle du corps du sujet était entourée d'une silhouette lumineuse clignotant de manière synchrone ou asynchrone au rythme cardiaque.

Identification plus forte

Résultat: «Quand les sujets voyaient une représentation synchronisée à leur rythme cardiaque sur leur double virtuel, ils tendaient à le ressentir plus fortement comme leur propre corps», explique Jane Aspell, de l'Anglia Ruskin University (GB), qui a coordonné le travail scientifique avec Lukas Heydrich, du laboratoire de neurosciences cognitives de l'EPFL.

L'expérience leur faisait ressentir leur soi comme hors de leur propre corps, plus proche de leur double virtuel. Cette étude montre pour la première fois que des signaux visuels qui transmettent des informations sur l'activité interne de notre corps, les battements cardiaques en l'occurrence, peuvent être utilisés pour modifier la manière dont les gens expérimentent leur propre corps et leur soi.

L'illusion mise en place par les chercheurs de l'EPFL appuie la théorie selon laquelle les organes internes déterminent la manière dont nous nous approprions notre corps. Elle illustre également comment il est possible d«altérer la conscience de soi.

L'équipe d'Olaf Blanke travaille depuis des années sur la perception de soi, et en particulier sur les expériences extracorporelles («out of body experience«/OBE) à l'aide de différents dispositifs. Ces travaux pourraient déboucher sur des thérapies pour les personnes souffrant de déconnexion de leur propre corps, les patients anorexiques par exemple, espèrent les chercheurs.

(ATS)

Votre opinion