Publié

La gazette de l'EuroLes Bleus dévalisent une parfumerie en Ukraine

Anecdotes croustillantes, déclarations fracassantes ou réactions d'après-match: voici la gazette de ce début de Championnat d'Europe.

«Les joueurs de l'équipe de France sont très coquets, on fait très attention à notre hygiène», a avoué Alou Diarra (à gauche sur la photo).

«Les joueurs de l'équipe de France sont très coquets, on fait très attention à notre hygiène», a avoué Alou Diarra (à gauche sur la photo).

AFP

Interrogé par un journaliste ukrainien qui voulait savoir pourquoi lors d'une promenade à Donetsk les Bleus avaient acheté autant de parfums dans un centre commercial, Alou Diarra ne s'est pas démonté malgré le fou rire de la salle.

«On n'a pas eu le temps de s'approvisionner avant, a-t-il déclaré avant de faire une confidence. En fait, les joueurs de l'équipe de France sont très coquets, on fait très attention à notre hygiène».

La plus belle prime pour l'Ukraine

«Nous avons les meilleures primes de toutes les équipes de l'Euro», se félicite Grigory Surkis, le président de la Fédération ukrainienne.

«L'équipe touchera 500'000 euros pour chaque victoire en phase de poule alors qu'un nul rapportera 250'000 euros», détaille-t-il, ajoutant que la sélection nationale aura un total de deux millions si elle passait en quart, somme qui sera doublée si Shevchenko et ses camarades se retrouvent dans le dernier carré. 4,5 millions pour la victoire finale et trois pour une place de finaliste.

Shearer tacle l'Angleterre

Ancien international anglais, Alan Shearer ne voit pas du tout l'Angleterre, en lice lundi contre la France, gagner l'Euro 2012.

«Je ne nous vois pas gagner et je pense que c'est bien la toute première fois, aussi loin que je m'en souvienne, que nous disputons une compétition sans grands espoirs» de succès, a estimé l'ancien capitaine de l'équipe des Trois Lions.

«Nous n'avions même pas de sélectionneur il y a à peine un mois. En revanche, nous avons eu beaucoup de blessés! Une demi-finale serait un exploit.»

Zlatan, ce flemmard

Les joueurs talentueux ne sont pas toujours les plus travailleurs. A cet égard, assister à un échauffement du Suédois Zlatan Ibrahimovic est un spectacle en soi.

Après une parodie de footing où il part le dernier, s'arrête le premier et coupe les virages en traînant les pieds, le grand attaquant milanais reproduit avec une immense mauvaise volonté les exercices demandés par le préparateur physique.

Grâce à sa grande expérience, il trouve toujours le moyen d'être difficile à repérer, notamment dans le travail au sol où il est plus simple de dissimuler sa grande carcasse.

En revanche, il s'anime dès qu'un ballon traîne dans son secteur. «Hé, c'est Zlatan. Il fait ce qu'il veut», résume un journaliste suédois.

Ronaldo fait vibrer les femmes

C'est parfois à de petits détails qu'on distingue une star d'un joueur lambda. Le Portugais Cristiano Ronaldo est arrivé en dernier sur la pelouse du stade de Lviv pour l'entraînement de vendredi, ayant participé à la conférence de presse d'avant-match.

Son arrivée a soulevé une grande clameur parmi les dizaines de volontaires présents dans les tribunes à côté des journalistes. Il a répondu par un pouce levé. Un peu plus tard, il a retiré sa chasuble: nouvelle clameur, plus féminine celle-là.

Ses coéquipiers, eux, étaient pliés de rire en assistant à cette scène.

«Chiens fouettés»

Très déçue de la lourde défaite (4-1) de son équipe nationale contre la Russie, vendredi dans le groupe A, la presse tchèque a fustigé dans son ensemble l'impuissance de leurs joueurs face aux impressionnants Russes, certains allant jusqu'à évoquer un «baisser-les-bras» un brin masochiste.

«Comme s'ils avaient dit à l'ours russe: te voilà, vas-y mange nous!», est-il écrit dans le DNES, le quotidien à plus gros tirage en République Tchèque. Le Lidove Noviny, qui a vécu le match comme une humiliation, n'a pas hésité à comparer les joueurs tchèques à des «chiens fouettés».

Ferdinand, criminel

Interrogé sur la façon dont il vit sa non-sélection pour l'Euro 2012 avec l'Angleterre, malgré l'accumulation des forfaits en défense, Rio Ferdinand n'a pas masqué son désarroi.

«Si vous n'êtes pas déçu de rester chez vous quand votre pays joue un tournoi comme celui-ci, alors il y a un problème et vous ne pouvez pas être un joueur professionnel. Je veux jouer de grands matches et gagner des titres. Si ça c'est un crime, alors je suis un criminel.»

(si)

Votre opinion