Actualisé

UkraineLes bombardements s'intensifient près de Donetsk

Les positions tenues par les rebelles pro-russes près de Donetsk ont essuyé mercredi de nouveaux bombardements, confirmant la fragilité du cessez-le-feu conclu dans l'est de l'Ukraine.

1 / 131
Kiev doit chercher à convaincre la Cour internationale de Justice lundi que Moscou soutient le «terrorisme». (Lundi 5 mars 2017)

Kiev doit chercher à convaincre la Cour internationale de Justice lundi que Moscou soutient le «terrorisme». (Lundi 5 mars 2017)

Keystone
Le FMI et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire pour verser une nouvelle aide à ce pays en proie à la crise et à la violence. (Samedi 4 mars 2017)

Le FMI et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire pour verser une nouvelle aide à ce pays en proie à la crise et à la violence. (Samedi 4 mars 2017)

Keystone
Un pompier dégage des débris à la suite des bombardements des forces pro-russes. (Image du 25 février 2017)

Un pompier dégage des débris à la suite des bombardements des forces pro-russes. (Image du 25 février 2017)

AFP

Plus intenses que ces derniers jours, les tirs, qui ont commencé tôt dans la matinée, semblent partir de la ville en direction de l'aéroport encore tenu par des troupes loyalistes ukrainiennes, selon ces journalistes.

Selon l'armée ukrainienne, un soldat ukrainien a été blessé dans l'aéroport, épicentre depuis des mois des combats entre troupes loyalistes et séparatistes.

«La nuit à Donetsk a été relativement calme mais à 10h (9h) des bruits d'artillerie et des explosions ont été entendus dans tous les districts de la ville», ont de leur côté indiqué les autorités municipales.

Afflux de convois militaires

Ces derniers jours, les correspondants dans la région ont observé l'afflux vers Donetsk de convois militaires, composés notamment de chars et de camions tirant des canons, sans plaques d'immatriculation.

L'Ukraine dénonce depuis vendredi l'entrée dans l'est séparatiste prorusse de chars et pièces d'artillerie depuis la Russie.

Ces renforts ont suscité des inquiétudes sur le sort du cessez-le-feu, signé en septembre par les autorités ukrainiennes et les insurgés et déjà moribond en raison des violences qui ont suivi les élections tenues dans les zones séparatistes le 2 novembre.

(ats)

Votre opinion