Football - Les «bons problèmes» de Vladimir Petkovic
Publié

FootballLes «bons problèmes» de Vladimir Petkovic

On pensait le match contre le Liechtenstein un peu inutile. Il aura servi quand même à causer des soucis intéressants au sélectionneur national.

par
Robin Carrel
(St-Gall)

Un but de la tête, un but du droit et un but du gauche. Et deux poteaux pour la route. Mario Gavranovic a prouvé qu’il était impitoyable dès qu’un ballon traînait dans les 16 mètres. Une sorte d'antithèse de Breel Embolo en fait même si, c’est vrai, ils n’apportent de loin pas la même chose. Le buteur du Dinamo Zagreb a donné des maux de tête à Vladimir Petkovic et ce dernier a dû apprécier.

La concurrence n’est pas énorme en attaque en équipe de Suisse et ce sont donc de bons problèmes à se poser, à l’heure de plancher sur le XI titulaire qui démarrera le match contre le Pays de Galles le 12 juin prochain. Christian Fassnacht, sorti du banc et qui y est allé d’un doublé, a moins d’espoir de bouleverser la hiérarchie. Mais lui aussi a mis le nez à la fenêtre. Ca ne peut en aucun cas être une mauvaise chose.

C’était la grande question, jeudi soir à St-Gall, et aussi sur les réseaux sociaux: à quoi diable pouvait servir ce match contre un nain du football mondial, classé par la FIFA entre le Laos et le Bhoutan. Et bien il a servi à faire jouer tout le monde ou presque sans risquer des blessures, à gagner histoire de rester sur une bonne dynamique et à se faire plaisir. Le score final a validé ce choix étonnant au premier abord. Retrouvez le compte-rendu de cette rencontre en cliquant ici.

La Turquie a d’ailleurs fait le même. L’adversaire des Suisses en clôture du tour préliminaire du championnat d’Europe qui s’en vient s’est mesuré à l’Azerbaïdjan, à la Guinée et à la Moldavie en vue de l’Euro, sans marquer les esprits (2-1, 0-0 et 2-0). Le Pays de Galles a fait autrement et perdu en France à dix (3-0) et jouera samedi contre l’Albanie. L’Italie, elle, a aussi détruit St-Marin (7-0) et rencontrera vendredi soir contre la République tchèque.

L’autre point où le sélectionneur connaît de bonnes difficultés, c’est le milieu de terrain. Remo Freuler a été un des éléments les plus en vue des deux parties de préparation disputées jusqu’ici et Denis Zakaria monte lui aussi en puissance, après sa vilaine blessure. Comme le capitaine Granit Xhaka est absolument indispensable, il va falloir trouver un moyen de faire cohabiter tout ce petit monde.

Il y a aussi une petite concurrence sur les deux flancs. La solution Steven Zuber n’est pas la plus sexy, mais la volonté qu’il met avec ses moyens techniques limités peut être récompensée quand les matches officiels reprendront. Jordan Lotomba n’est pas loin derrière. A droite, Silvan Widmer est meilleur offensivement que Kevin Mbabu, mais le Genevois est bien plus complet et fiable défensivement…

En défense centrale, il faudra bien se passer d’un joueur à choisir entre Ricardo Rodriguez, Nico Elvedi, Fabian Schär et Manuel Akanji, tous les quatre des titulaires en puissance dans une sélection comme celle de la Suisse. C’est ce qu’on appelle de bons problèmes. Il y a encore quelques années, un sélectionneur national devait faire faute de mieux à certains postes. En 2021, il a le choix des armes. Profitons-en!

Votre opinion