12.06.2012 à 19:11

MarchésLes Bourses européennes terminent en légère progression

La plupart des Bourses européennes ont terminé mardi en faible hausse sur fond de grande prudence quant aux modalités du plan de sauvetage espagnol et à quelques jours des élections en Grèce.

L'Espagne inquiète toujours les marchés européens qui ont tout de même fini la séance sur une légère progression.

L'Espagne inquiète toujours les marchés européens qui ont tout de même fini la séance sur une légère progression.

AFP

Les marchés européens s'inscrivaient dans une légère hausse mardi.

Paris affichait en clôture une progression de 0,14%, Francfort de 0,33%, Londres de 0,76%. La Bourse de Madrid s'est contentée d'une hausse de 0,09%. La Bourse suisse termine aussi sur une note positive avec le SMI qui progresse de 0,83% et le SPI en hausse de 0,61%

Milan, en revanche, est restée dans le rouge (-0,70%), après sa chute de 2,79% lundi, pénalisée comme la veille par un nouveau plongeon des valeurs bancaires alors que l'Italie est revenue dans la ligne de mire des marchés.

«Les marchés européens s'inscrivent en légère hausse ce mardi, prudents sur la mise en oeuvre du plan d'aide à l'Espagne et anxieux à l'approche des élections grecques de dimanche», résument les analystes chez IG Markets.

Les investisseurs continuaient de s'interroger sur les détails du plan d'aide européen aux banques espagnoles pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros.

Détails à clarifier

«Si le montant est rassurant, car pour une fois il semble couvrir plus que les besoins (à confirmer que les besoins ne soient pas nettement supérieurs aux attentes), la réalisation prendra du temps», soulignent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

«De nombreux aspects du plan de sauvetage espagnol doivent encore être clarifiés», comme le taux et les montants, note Frederik Ducrozet, économiste chez Crédit Agricole CIB.

«Comme c'est souvent le cas, pour ce qui concerne la 'ligne de crédit' proposée à l'Espagne, le diable est dans les détails», explique Cameron Peacock, analyste chez IG Markets.

Les investisseurs s'interrogent notamment sur le fait de savoir qui du FESF (Fonds de secours de la zone euro) ou du MES (Mécanisme européen de stabilité, qui doit entrer en vigueur début juillet) aidera les banques du pays.

«Le climat est à la défiance avec en prime le poids des élections législatives grecques de ce week-end qui pourraient marquer un tournant dans l'histoire européenne. Plus que jamais les marchés sont dans le doute», avance de son côté Philippe Cohen, gérant chez Barclays Bourse.

Hausse des rendements espagnols

Pour preuve, les rendements espagnols et italiens grimpaient à nouveau sur le marché obligataire, où se négocie la dette souveraine des Etats, signe des inquiétudes sur la zone euro.

Le taux à dix ans de l'Espagne a atteint un plus haut depuis la création de la zone euro mardi en milieu d'après-midi - 6,756% contre 6,487% lundi soir -, la méfiance des marchés à l'égard de la dette du pays s'accentuant malgré l'annonce du plan de sauvetage des banques.

«La situation de l'Espagne est finalement pire que la semaine dernière», a indiqué Nordine Naam, stratégiste obligataire de Natixis.

«L'aide aux banques espagnoles est déjà derrière nous. Les taux de l'Espagne et de l'Italie sont en hausse et le marché spécule désormais sur la possibilité d'un plan d'aide au gouvernement espagnol cette fois, et peut-être également à l'Italie, la crise continue», a relevé Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

La Grèce est parvenue mardi à lever 1,625 milliard d'euros en bons du Trésor à six mois, à un taux d'intérêt en légère hausse, à 4,73%, à cinq jours du nouveau scrutin législatif à haut risque.

L'euro, de son côté, restait orienté à la baisse. Vers 18h15, il se situait en dessous de la barre des 1,25 dollar, à 1,2477 dollar.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!