Sri Lanka – Bouteilles de gaz interdites à la vente après une série d’explosions
Publié

Sri LankaBouteilles de gaz interdites à la vente après une série d’explosions

Ces dernières semaines, plus de 100 explosions dues au gaz de cuisine ont été répertoriées par la police.

Litro, la compagnie publique du gaz, a été accusée d’augmenter la proportion de propane, plus volatil, dans ses bouteilles, le butane étant plus cher.

Litro, la compagnie publique du gaz, a été accusée d’augmenter la proportion de propane, plus volatil, dans ses bouteilles, le butane étant plus cher.

AFP

Le Sri Lanka a ordonné la suspension des ventes de bouteilles de gaz domestiques en raison d’une récente série d’explosions, ont indiqué les autorités vendredi, allongeant une liste de restrictions déjà nombreuses. Ces dernières semaines, plus de 100 explosions dues au gaz de cuisine ont été répertoriées par la police. Le mois dernier, une femme a été tuée par une explosion dans une cuisine, mais la police n’a pas établi de lien avec une bouteille de gaz.

Des représentants des consommateurs ont accusé Litro, la compagnie publique du gaz d’augmenter la proportion de propane, plus volatil, dans ses bouteilles, le butane étant plus cher. Litro nie de tels agissements et désigne des installations mal entretenues et des plomberies défectueuses comme origine des explosions.

Quoi qu’il en soit, «la société a reçu l’ordre de suspendre temporairement la distribution de bouteilles sur le marché», a déclaré à la presse le ministre de la Protection des consommateurs, Lasantha Alagiyawanna. La société privée Laugfs est le seul autre fournisseur de bouteilles de gaz de l’île, où l’on redoute leur pénurie. Aucun réseau de gaz de ville n’alimente les villes du Sri Lanka, de sorte qu’environ quatre millions de foyers, soit la grande majorité de la population, ont recours aux bouteilles de gaz pour cuisiner.

Économie de l’île

L’économie de l’île a connu l’an dernier une contraction sans précédent de 3,6%, mais la Banque centrale compte sur un rebond de 4 à 5% du PIB cette année avec la réouverture progressive de l’économie et le déploiement de la vaccination. La pandémie de Covid-19 a eu des conséquences désastreuses pour l’économie de l’île, privée de sa manne touristique, ayant conduit le gouvernement à prendre des mesures drastiques pour contrôler ses réserves de devises étrangères.

L’importation des biens non essentiels, comme les véhicules, les pièces détachées, l’électroménager, certains produits alimentaires a été interdite. Mais ces restrictions ont eu pour effet de réduire aussi certaines activités économiques et d’entraîner de graves pénuries. L’unique raffinerie de pétrole du Sri Lanka a fermé pour la première fois en 52 ans d’existence le mois dernier faute de dollars pour importer du brut.

(AFP)

Votre opinion