Suisse: Les brutes se droguent pour bastonner encore plus
Publié

SuisseLes brutes se droguent pour bastonner encore plus

Voyous et hooligans prennent diverses drogues qui les désinhibent et les rendent plus agressifs. Des cocktails explosifs.

par
Pascal Schmuck
Zurich
L'oxycodone est également surnommée l'héroïne du pauvre.

L'oxycodone est également surnommée l'héroïne du pauvre.

Keystone

Une série de faits divers et d'agressions en Suisse alémanique a mis en lumière un phénomène qui inquiète les forces de l'ordre. Celle de la prise de drogue avant de se livrer à des actes de brutalité, comme le résume le Blickdans son édition du 10 janvier.

Un produit est particulièrement en vogue dans certains milieux: l'oxycodone. Cet opiacé est capable de réduire très fortement la douleur, à tel point qu'il est parfois utilisé aux Etats-Unis et dans certains pays de l'est de l'Europe dans le sevrage des héroïnomanes. Il est également très prisé par les hooligans, puisqu'il officie comme désinhibant.

Cocktails détonants

«L'oxycodone fait en effet partie de cette mouvance», souligne Boris Quednow, experts en stupéfiant à l'Université de Zurich. «On prend ces opiacés pour ne pas ressentir la douleur lors d'un combat.»

La prise d'hormones, comme la testostérone, est également courante puisqu'elle rend les hommes impitoyables et égocentriques. Ce produit est déjà connu dans le milieu du bodybuilding puisqu'il permet d'augmenter la masse musculaire, l'endurance et la force. Le mélange des deux aboutit à des combattants agressifs qui ne redoutent pas la douleur.

La prise de substances est déjà courante au sein de certaines organisations. Le groupe Etat islamique distribuerait à ses combattants du captagon, une amphétamine qui désinhibe ses consommateurs mais qui les rend également très dépendants.

Votre opinion