Publié

Infrastructure routièreLes camionneurs roulent pour un 2e tube au Gothard

Association faîtière des camionneurs, l'ASTAG demande la création d'un fonds spécial pour les infrastructures routières «comprenant également une planification globale rail-route».

Les camionneurs militent pour la suppression des goulets d'étranglement sur les autoroutes.

Les camionneurs militent pour la suppression des goulets d'étranglement sur les autoroutes.

ARCHIVES, Keystone

Les camionneurs veulent un 2e tube au Gothard et la suppression des goulets d'étranglement sur les autoroutes.

Dans ce but, leur association faîtière, l'ASTAG, demande la création d'un fonds spécial pour les infrastructures routières "comprenant également une planification globale rail-route", a-t-elle annoncé vendredi.

«Un besoin de rattrapage»

L'Association suisse des transports routiers (ASTAG) considère qu'il existe "un besoin de rattrapage massif au niveau de l'entretien, de la modernisation et de l'aménagement des infrastructures routières".

"L'adaptation nécessaire de nos routes a été négligée durant des décennies", a déploré son président central Adrian Amstutz devant l'assemblée des délégués réunie à Genève.

En conséquence, la suppression des goulets d'étranglement sur le réseau des routes nationales est "de la plus grande importance". "Sans une vaste extension des capacités, on risque des bouchons, des accidents et une augmentation inutile des émissions polluantes", a mis en garde Adrian Amstutz.

Il considère que la construction d'un deuxième tunnel routier au Gothard est "absolument prioritaire". Il en va de la sécurité des usagers mais aussi de l'assainissement inévitable du tube existant. "Les concepts d'assainissement existants avec une fermeture totale de 900 jours sont complètement illusoires, purement théoriques et antiéconomiques", a dénoncé Adrian Amstutz.

Plus d'argent pour la route

L'association demande donc la création d'un fonds d'infrastructure routière (FIR) qui soit le pendant du FAIF (financement et aménagement des infrastructures ferroviaires). Le tout doit faire l'objet d'une planification globale comprenant à la fois le rail et la route.

Cette déclaration survient alors que le Conseil national vient de se prononcer jeudi pour l'augmentation de la vignette autoroutière à 70 francs par année, au lieu de 40. Le Conseil fédéral voulait la porter à 100 francs afin de financer l'entretien des 376 km de routes cantonales transférés dans le réseau des routes nationales, ainsi que de nouveaux tronçons.

Le compromis intervenu à la Chambre du peuple a été soutenu par une majorité "contre nature" entre les promoteurs de la route et ceux qui veulent, au contraire, en limiter l'extension.

(AP)

Votre opinion