Hockey sur glace: Les Canadiens de Montréal vont choisir les premiers à la Draft de la NHL

Publié

Hockey sur glaceLes Canadiens de Montréal vont choisir les premiers à la Draft de la NHL

Pour la première fois depuis 42 ans, les Canadiens de Montréal détiennent le premier choix du repêchage de la NHL. Cela tombe bien, la Draft a lieu chez eux, au Centre Bell, jeudi 7 juillet. 

par
Cyrill Pasche
Les partisans des Canadiens de Montréal attendent impatiemment de connaître l’identité du talent que le club va choisir au premier rang de la draft. 

Les partisans des Canadiens de Montréal attendent impatiemment de connaître l’identité du talent que le club va choisir au premier rang de la draft. 

freshfocus

C’est un débat qui enflamme Montréal et les partisans du club de hockey le plus titré le NHL (24 Coupe Stanley): quel jeune talent les Canadiens de Montréal, vainqueurs de la Coupe Stanley pour la dernière fois en 1993, vont-ils sélectionner lors de la Draft du qui aura lieu dans la nuit du 7 au 8 juillet? Le Canadien Shane Wright ou le Slovaque Juraj Slafkovsky, les deux joueurs les mieux cotés?

La tentation Slafkovsky

L’Ontarien Shane Wright (18 ans) a largement été le favori de tous les sondages jusqu’à… la semaine dernière, lorsque les ultimes projections des spécialistes ont été publiées. Ainsi, le journaliste vedette de TSN Bob McKenzie, sur la base de nombreux entretiens avec différents recruteurs de la NHL, a finalement projeté le Slovaque Juraj Slafkovsky comme futur numéro un du repêchage, devant le Canadien Shane Wright. Idem pour Corey Pronman: dans ses projections, le journaliste de The Athletic a aussi placé Slafkovsky en numéro un et même rétrogradé Wright au quatrième rang du repêchage.

Slafkovsky, prodige de 18 ans, a commencé à très sérieusement faire parler de lui au mois de février dernier lorsqu’il a épaté la planète hockey aux JO de Pékin sous le maillot de la Slovaquie, médaillée de bronze surprise du tournoi olympique. Agé de 17 ans à l’époque, Slafkovsky a bouclé la compétition face à des adultes avec un titre de meilleur buteur (7 réussites, dont deux lors du match pour la 3e place) et de MVP du tournoi! Quelques semaines plus tard, le puissant ailier de 192 cm pour 100kg a confirmé lors du Championnat du monde en Finlande. En huit matches avec la Slovaquie, il marqué trois but et délivré six passes décisives. 

Ces deux tournois l’ont propulsé tout en haut des listes en vue de la draft, un peu comme Nico Hischier en 2017 lorsque le Suisse était revenu d’assez loin dans les sondages avant d’être finalement choisi au premier rang par les New Jersey Devils.

Quant à Shane Wright, il n’a encore jamais affronté des adultes et n’a pas connu une saison à la hauteur des attentes avec son équipe junior des Kingston Frontenacs. Reste désormais à voir si les Canadiens de Montréal joueront la sécurité en sélectionnant le jeune canadien, ou s’ils prendront un risque en misant sur l’attaquant slovaque qui s’est révélé sur le tard. 

Ce qui pourrait toutefois faire la différence en fonction des besoins futurs des Canadiens de Montréal: l’un est un joueur de centre droitier (Wright) tandis que l’autre est un ailier gaucher (Slafkovsky). 

Le moment sera historique: pour la première fois depuis 1980, les Canadiens détiennent le tout premier choix de la draft. Et heureux hasard, le repêchage de la NHL a précisément lieu à Montréal, au Centre Bell.

La draft a lieu au Centre Bell, la patinoire des Canadiens de Montréal. 

La draft a lieu au Centre Bell, la patinoire des Canadiens de Montréal. 

freshfocus


Pourquoi les «Habs» ont le 1er choix

C’est la «faute» à une saison bouclée au dernier rang (parmi les 32 équipes) et à un peu de chance lors de la loterie servant à déterminer l’ordre exact du repêchage (équipe la moins bien classée, Montréal avait toutefois un pourcentage de chances plus élevé d'obtenir le très convoité premier choix de la draft). Seule ombre au tableau: la cuvée 2022 n’est pas exceptionnelle. En d’autres termes, il n’y a pas de prochain Connor McDavid (Edmonton Oilers) ou Auston Matthews (Toronto Maple Leafs) parmi les candidats et rares seront les joueurs – selon les experts nord-américains – qui deviendront plus tard des stars du circuit. Cela risque toutefois d’être différent l’année prochaine. Le probable numéro un de la draft en 2023, l’attaquant canadien Connor Bedard, est quant à lui considéré comme un futur joueur de concession en NHL, dans la lignée des McDavid et Matthews. 

La dernière fois que le prestigieux club de Montréal avait eu le «privilège» de sélectionner un espoir en premier (1980), les dirigeants du club québécois s’étaient d’ailleurs «plantés» de manière magistrale.

Au lieu de choisir le héros local de Gatineau et futur «Hall of Famer», le Québécois Denis Savard, les dirigeants de l’époque avaient porté leur choix sur un autre attaquant: le centre canadien Doug Wickenheiser, dont la carrière sur les patinoires de la NHL n’a finalement jamais tenu ses promesses (256 points en 556 matches) et surtout souffert de la comparaison avec celle de Savard (repêché par Chicago en 3e position la même année), auteur de 1338 points en 1196 matches en NHL.  

Quarante-deux ans plus tard, les Canadiens de Montréal seront-ils cette fois-ci un peu plus inspirés au moment de porter leur choix sur l’un des meilleurs talents disponibles? Réponse dans quelques années, probablement.

Les 10 premières sélections de la Draft

(1er tour du repêchage, 32 sélections au total)

1. Montréal Canadiens

2. New Jersey Devils

3. Arizona Coyotes

4. Seattle Kraken

5. Philadelphia Flyers

6. Columbus Blue Jackets

7. Ottawa Senators

8. Detroit Red Wings

9. Buffalo Sabres

10. Anaheim Ducks

Ton opinion