CFF - Un retraité reçoit une amende de 90 francs… pour quelques secondes de retard!

Publié

CFFUn retraité reçoit une amende de 90 francs… pour quelques secondes de retard!

Un honnête homme de 72 ans, client des CFF depuis plus d’un demi-siècle, a acheté son billet en ligne tout de suite après être monté dans le train. Il a eu une contravention pour un retard d’une minute et demie! Selon les CFF, aucune tolérance n’est possible.

par
Eric Felley
Le règlement c’est le règlement: si le billet est acheté dans le train, c’est trop tard!

Le règlement c’est le règlement: si le billet est acheté dans le train, c’est trop tard!

Chris Blaser

Déçu, c’est le moins qu’on puisse dire. Le 13 janvier dernier, Jean-Robert a envoyé un billet de 100 francs aux CFF en leur disant qu’ils pouvaient garder la monnaie «pour améliorer le budget d’entretien de votre matériel roulant». Il s’acquittait d’une contravention standard de 90 francs que les chemins de fer lui ont envoyée pour avoir commandé son billet en ligne, alors qu’il était déjà dans le train.

Les faits. Le 11 janvier à 15 h 37, il a pris le train de Lenzbourg en direction de Hunzenschwil, dans le canton d’Argovie. Il a voulu acheter son billet en ligne, avant de monter: «Mais mon téléphone ne m’a d’abord pas reconnu à cause du masque Covid, explique-t-il, ensuite mes lunettes étant embuées. J‘ai eu quelques difficultés à composer mon code, ce qui fait que mon achat de billet a été effectif avec 1 minute et 32 secondes de retard». Peu avant sa destination, il a été contrôlé et on lui a signalé qu’il était en faute, sans autres commentaires. Il ne s’attendait pas à recevoir, deux jours plus tard, l’amende de 90 francs! Soit environ un franc par seconde.

Client CFF depuis 57 ans

Jean-Robert a soufflé ses 72 bougies en octobre dernier. Dès l’âge de 15 ans, il a été titulaire soit d’un abonnement de parcours, soit d’un abonnement général: «Ce qui fait tout de même 57 ans que je suis client des CFF», note-t-il. À cause de la pandémie, il a résilié son AG: «Il aura fallu que j’arrive à cet âge pour être un «voyageur au noir», ce qui m’amuse moyennement», conclut-il dans une lettre qu’il a envoyé aux CFF avec son billet de 100 francs.

«C’est bien sûr une déception…»

Du côté des CFF, son porte-parole, Frédéric Revaz, confirme avoir reçu le paiement de ce client: «Comme il a envoyé un billet de 100 francs, nous lui avons renvoyé la différence de prix (10 francs) sur un bon Rail check». Mais pas question de revoir cette décision: «C’est bien sûr une déception pour nous de devoir faire payer un supplément à un client si fidèle. Mais le règlement doit être appliqué selon les tarifs et prescriptions de l’Alliance SwissPass». Ici, il n’y a pas d’échappatoire: «La procédure d’achat et de commande et l’obtention de l’autorisation de voyager doivent être entièrement terminées avant le départ effectif de la course, faute de quoi le client doit payer le supplément».

Aucune tolérance possible

Mais, d’une manière générale, ne serait-il pas possible de laisser un délai de 2 ou 3 minutes après le départ du train pour des cas similaires, avoir un peu de souplesse? «Non, c’est impossible, affirme le porte-parole, le règlement est clair à ce sujet et pour une bonne raison. Dans les trains avec contrôles sporadiques, les clients doivent être munis de leur billet avant le départ. Cela permet d’éviter que des passagers ne procèdent à l’achat d’un ticket que lorsqu’il y a des contrôles».

Un monde si sec et rigide

Ton opinion

102 commentaires