05.08.2013 à 19:41

PendulairesLes CFF innovent pour désengorger les gares

Les CFF veulent améliorer le flux des passagers qui montent et descendent des trains.

La gare de Laufon est une des cinq gares qui participe au projet pilote présenté le lundi 5 août par les CFF.

La gare de Laufon est une des cinq gares qui participe au projet pilote présenté le lundi 5 août par les CFF.

Keystone

Les CFF ont présenté lundi à Laufon (BL) un projet pilote qui durera une année dans cinq gares de Bâle-Campagne sur la ligne Bâle-Delémont, soit Aesch, Duggigen, Grellingen, Zwingen et Laufon.

Aux heures de pointe, douze gares atteignent actuellement les limites de leur capacité, a indiqué lundi à Laufon Philippe Gauderon, directeur des infrastructures des CFF. Les passagers perdent du temps lorsqu'ils montent et descendent des trains, ce qui met en danger la stabilité de l'horaire.

La situation va encore s'aggraver ces prochaines années. D'ici 2040, le nombre de passagers devrait en effet augmenter de 70%, selon les prévisions des CFF.

Quais divisés en secteurs

La compagnie ferroviaire a donc décidé de lancer le 16 août un projet pilote. Dans les cinq gares choisies, afin de mieux définir l'endroit où s'arrêtent les wagons, les quais seront divisés en secteurs de 50 à 55 mètres. Chacun d'entre eux disposera d'un tableau d'information. A Laufon, les secteurs seront marqués au sol, une première en Suisse.

Pour que le système fonctionne bien, les conducteurs de locomotive devront s'arrêter exactement à l'endroit prévu et marqué au sol, a souligné M. Gauderon. Les tableaux d'information sur les quais indiqueront aux voyageurs la disposition des wagons du convoi.

La commission interne pour le personnel des locomotives a donné son accord au test. Il y a toutefois des opposants au sein du syndicat des conducteurs de locomotive, selon les CFF.

A Zurich déjà

La sécurité est assurée, ce système est déjà en place sur certaines lignes du RER zurichois, a indiqué Fabian Rippstein Bornhövd, responsable des conducteurs de locomotive du Nord-Ouest.

Le projet pilote doit durer une année. Les CFF évalueront ces mesures en questionnant les passagers. Le projet pourrait s'étendre à d'autres gares. Ses coûts sont estimés à 550'000 francs.

Critiques des syndicats

Le Syndicat suisse des mécaniciens de locomotive et aspirants (VSLT) et le Syndicat du personnel des transports (SEV) critiquent le projet des CFF. Les conducteurs devraient être déchargés plutôt que de les confronter à un nouveau projet, estiment-ils.

Les CFF ont choisi le mauvais moment pour lancer leur projet, juste après l'accident mortel de Granges-près-Marnand (VD), a indiqué à l'ats Manuel Avallone, vice-président du SEV. Actuellement, les points d'arrêt sont fixes. Avec le projet pilote, ces points vont changer continuellement, constate Hubert Giger, président du VSLF.

Avec ce système, les conducteurs devront entrer en gare plus lentement pour voir où se trouve le point d'arrêt. Ca va provoquer un rallongement du temps de parcours, selon M. Giger.

Si les résultats sont positifs, Berne pourrait être la prochaine gare-test.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!