Publié

SanctionsLes chauffards sous pression

RoadCross a annoncé hier le retrait de son initiative, estimant suffisants les changements légaux prévus en 2013. Mais la vigilance reste de mise, notamment pour les retraits de permis.

par
Ludovic Rocchi
Le cas du chauffardde Schönenwerd (SO) en 2008 (116km/h en localité, un mort) a déclenché l’initiative populaire de RoadCross aujourd’hui couronnée de succès.

Le cas du chauffardde Schönenwerd (SO) en 2008 (116km/h en localité, un mort) a déclenché l’initiative populaire de RoadCross aujourd’hui couronnée de succès.

Keystone

Sur le front routier, l’actualité fait hélas chaque jour froid dans le dos. Hier encore, par exemple, on apprenait qu’un ado sans permis a roulé à 160 km/h et s’est crashé en Valais. Ou qu’un conducteur de Ferrari a foncé à 155 km/h sur un tronçon limité à 80 km/h en Argovie! Pour durcir la loi contre de tels comportements, l’association RoadCross avait déposé il y a deux ans une initiative populaire fédérale. Elle va déjà déployer ses effets au début de l’année prochaine.

But atteint

RoadCross a ainsi annoncé hier le retrait de son initiative «Protection contre les chauffards». «Notre comité, qui comprend des familles victimes et des politiciens de tous bords, a estimé que notre but est atteint», explique Sylvan Granig, porte-parole de RoadCross. L’association se félicite que les Chambres fédérales ont fini de transposer cet été la quasi-totalité de ses exigences pour punir plus sévèrement les chauffards.

Le délai référendaire venant d’échoir, l’initiative a pu être retirée. Mais la vigilance reste de mise. Il faudra notamment voir comment les juges appliquent une mesure laissée à leur appréciation: le retrait immédiat et préventif du permis dans l’attente du procès des chauffards qui se font pincer.

Autre point sensible: la reconnaissance du caractère intentionnel des délits routiers entraînant des blessés ou des morts. Trop souvent encore, des chauffards s’en sortent avec du sursis ou des peines limitées à 5 ans. Une harmonisation du Code pénal est attendue dans les deux à trois ans à venir pour combler ce flou. «L’avancée positive des discussions à Berne sur ce sujet nous rassure», indique Sylvan Granig.

Il est par contre acquis qu’une mesure supplémentaire sera appliquée dès 2015: les chauffards ne pourront récupérer leur permis qu’à condition que leurs véhicules soient équipés de boîtes noires pour contrôler en permanence leur vitesse. Pour le reste, et c’est la grande nouveauté des nouvelles réglementations qui vont entrer en vigueur dès le 1er janvier 2013, les fous du volant écoperont de peines plus lourdes et plus systématiques même lorsqu’ils ne provoquent pas de blessés. «Conduire un véhicule, c’est lancer une tonne à une vitesse importante. Il est juste qu’un fort dépassement de cette vitesse soit strictement puni», commente le sénateur Luc Recordon (Verts/VD), membre du comité d’initiative. Le voilà pour une fois d’accord avec le président des libéraux-radicaux, Philipp Müller: «Le succès de l’initiative montre que la population est décidée à ne plus tolérer les vandales et le manque de respect sur les routes suisses.»

Ce qui va changer dès janvier 2013

1 Les graves excès de vitesse, même sans blessés, seront passibles de peines de prison de 1 à 4 ans.

2 Excès passibles de prison: Localités: +50 km/h, hors localités: +60 km/h, autoroutes: +80 km/h

3 Prison aussi en cas de dépassements dangereux et course-poursuite

4 Retrait du permis d’au moins deux ans pour les chauffards

5 Saisie simplifiée des véhicules de chauffards

Votre opinion