Actualisé 20.01.2017 à 12:28

#DatarefugeLes chercheurs s'unissent contre Trump

Les scientifiques et informaticiens se sont unis pour protéger les données informatiques fédérales sur le changement climatique des menaces de l'administration Trump.

par
K.A.
fotolia

«Il n'y a pas d'urgence à prendre des mesures pour réduire nos émissions de CO2 et d'autres gaz à effet de serre.» «Il n'y a pas de réchauffement climatique!» «Nos glaciers ne vont pas fondre.» «Les mers ne deviendront pas plus acides; leur niveau ne va pas monter.» On l'aura compris: il n'y a pas plus grand climatosceptique que Donald Trump!

Avec son arrivée au pouvoir, les chercheurs commencent sérieusement à s'inquiéter quant à la «sécurité des données climatiques contenues sur les sites web d’agences fédérales», comme le rapporte le site reporterre.net. Ces dernières semaines, ils travaillent d'arrache-pied avec des informaticiens pour les protéger de l’administration Trump qui pourrait être tentée de les détruire.

On peut aisément comprendre leur démarche quand on pense que l’Agence états-unienne de protection de l’environnement (EPA) pourrait être dirigée par Scott Pruitt - actuellement auditionné au Congrès - qui ne croit pas au changement climatique. Cet ex-procureur général de l’Oklahoma, choisi par le nouveau président des USA, est bien connu pour son orientation pro-industries gaziers et pétroliers.

«La première chose à comprendre, c’est que tous les matériaux disponibles sur Internet sont vulnérables par nature. Les liens hypertextes vers des études scientifiques peuvent facilement être brisés. C’est un phénomène très documenté», a expliqué au reporterre.net Bethany Wiggin, la directrice du Penn EHLab (Penn Program in Environmental Humanities). Ce laboratoire de l’Université de Pennsylvanie est à l'origine du programme public et collaboratif #DataRefuge mis en place pour plancher sur la sauvegarde des données.

Et d'ajouter: «Cette instabilité naturelle est renforcée dans un environnement politique où les climatosceptiques s’assurent que le changement climatique est présenté comme un sujet ouvert au débat».

La dimension de refuge

Le projet #Datarefuge repose sur un principe appelé Lockss (pour Lots Of Copies Keep Stuff Safe). «L’idée est de copier les documents appartenant aux agences fédérales environnementales, ou les outils éducatifs sur le climat. Et de garder si bien ces copies que les chercheurs pourront continuer à utiliser les données et à citer les documents», a expliqué la scientifique Bethany Wiggin.

Et de compléter: «On va donc réaliser ces copies multiples selon un protocole prédéfini et les disperser dans différents serveurs sécurisés: c’est là que la dimension de refuge prend tout son sens.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!