Hockey et football - Les clubs recevront des aides à fonds perdus
Publié

Hockey et footballLes clubs recevront des aides à fonds perdus

Le Parlement a été sensible au combat des clubs, mené par le HC Viège. Il soutiendra aussi les équipes qui augmenteront leur budget.

par
Emmanuel Favre
Le CEO du HC Viège Sébastien Pico (à gauche, ici avec Alex Kovalev) a remporté une victoire sous la Coupole fédérale.

Le CEO du HC Viège Sébastien Pico (à gauche, ici avec Alex Kovalev) a remporté une victoire sous la Coupole fédérale.

Facebook (Sébastien Pico)

Les clubs professionnels suisses de hockey sur glace et de football ont probablement remporté l’une de leurs plus belles victoires de la saison 2020-2021 sur une aire fort différente de leur habituel terrain de jeu.

Sous la Coupole fédérale.

Mercredi matin, le Parlement a en effet accepté de modifier une ligne d’une loi votée en mars 2021.

Cette ligne stipulait que, pour pouvoir recevoir une partie des 114 millions de francs d’aides à fonds perdu de la part de la Confédération, les clubs professionnels ne devaient pas augmenter leurs dépenses pendant cinq ans. La base de calcul: le bilan financier présenté par les organisations au terme de la saison 2019-2020.

Cette contrainte avait été considérée comme une hérésie de la part de plusieurs équipes de deuxième division, qui y avaient vu un frein à leur développement, une quasi impossibilité de pouvoir concrétiser des objectifs de promotion dans la catégorie de jeu supérieure. Et une aberration car ces sociétés, au sein desquelles les salaires ne sont pas très élevés, auraient dû licencier plusieurs membres de leur personnel.

Alors que de nombreux dirigeants, dont le directeur de la National League et de la Swiss League de hockey Denis Vaucher, n’ont pas mesuré les enjeux, le directeur d’une petite équipe de deuxième division est monté aux barricades pour tenter de convaincre des patrons d’autres formations de se rallier à sa cause et des politiciens d’opérer une marche arrière.

Des politiciens sollicités

Le 22 avril, le Viégeois Sébastien Pico a notamment écrit un mail aux dix clubs de Challenge League de football. Il a obtenu le soutien de quelques confrères, notamment à Winterthour.

Le mail signé Sébastien Pico et adressé à Mathias Reynard.

Le mail signé Sébastien Pico et adressé à Mathias Reynard.

DR

Le même jour, il a sollicité Mathias Reynard, alors président de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture au Conseil national. Il a notamment écrit: «Le parlement a, à la surprise générale, instauré fin mars 2021 un plafond salarial pour tous les clubs qui toucheront des montants à fonds perdu de la Confédération. Cette décision n’était pas prévue en décembre 2020. Et elle prétérit grandement les petits clubs qui se voient pour certains devant l’obligation de limoger du personnel afin de pouvoir tenir cette loi. Le problème est d’autant plus grave dans des clubs comme Viège, Ajoie ou Sierre (en Swiss League), soit des organisations qui ont suite à un changement de ligue ou d’infrastructure eu des augmentations substantielles des charges salariales entre 2019/20 (nouvelle saison de référence) et 2020/21 (les budgets étaient déjà faits au moment où la première vague est arrivée en mars 2020, notre exercice comptable débute le 1er mai).»

‹‹Marianne Maret a compris le bien-fondé de notre message et s’est battue pour notre cause.››

Sébastien Pico, CEO du HC Viège

Dans la foulée, il frappe à la porte de Marianne Maret, Valaisanne élue au Conseil des Etats et membre de la Commission. «Elle a compris le bien-fondé de notre message et s’est battue pour notre cause», estime Pico.

Parce que, ce mercredi donc, les parlementaires fédéraux ont adhéré à la requête de Pico.

Les clubs qui augmenteront leur budget percevront à fonds perdu le 50% des recettes de billetterie perdue lorsqu’ils ont été contraints de jouer dans des stades et patinoires vides durant la pandémie. Base de calcul: le bilan de la saison 2019-2020.

Les clubs qui n’augmenteront pas leur budget toucheront 66% du ticketing de la même saison.

«Je n’ai pas senti un énorme soutien de la part de tous les grands clubs du pays, glisse Pico. Mais, avec ce changement, tout le monde est gagnant.»

Votre opinion