Fin de la trêve - Les combats reprennent dans le sud de l’Afghanistan
Publié

Fin de la trêve Les combats reprennent dans le sud de l’Afghanistan

Au terme de la trêve décrétée pour la fête de l’Aïd, les combats ont repris dans la périphérie de Lashkar Gah, la capitale de la province du Helmand.

Les talibans, imités par le gouvernement et l’armée afghane, avaient annoncé lundi un cessez-le-feu de trois jours pour l’Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du ramadan.

Les talibans, imités par le gouvernement et l’armée afghane, avaient annoncé lundi un cessez-le-feu de trois jours pour l’Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du ramadan.

AFP

Les combats ont repris dimanche entre forces gouvernementales et talibans dans le sud de l’Afghanistan, au terme d’un cessez-le-feu de trois jours décrété pour la fête musulmane de l’Aïd, dans le contexte du retrait des derniers soldats américains.

Des accrochages ont été signalés dans la périphérie de Lashkar Gah, la capitale de la province du Helmand, ont indiqué un porte-parole de l’armée et un responsable local.

Cette zone a été le théâtre d’intenses combats depuis le 1er mai, date à laquelle les États-Unis étaient supposés avoir retiré leurs 2500 soldats encore présents sur place.

«Les combats ont débuté tôt ce matin et se poursuivent encore», a déclaré à l’AFP Attaullah Afghan, chef du conseil provincial du Helmand.

Il a affirmé que des talibans avaient attaqué plusieurs points de contrôle autour de la capitale provinciale et dans d’autres districts. Un porte-parole de l’armée afghane dans le Sud a confirmé que les combats avaient repris.

Les forces afghanes «sont à l’origine des opérations», a cependant affirmé à l’AFP le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid. «Ne nous en attribuez pas la responsabilité».

Selon le gouvernorat du Helmand, 21 combattants talibans ont été tués lors d’affrontements dans la matinée, qui ont duré plusieurs heures. D’autres attaques sont attendues pendant la nuit, selon l’armée.

Soutien aérien crucial

Les États-Unis, qui cherchent à mettre fin à leur plus longue guerre, devaient avoir retiré l’ensemble de leurs troupes encore présentes sur place au 1er mai, en vertu de l’accord signé en 2020 au Qatar avec les talibans par l’ancienne administration de Donald Trump.

Mais le nouveau président américain Joe Biden, tout en confirmant le retrait total, a repoussé cette échéance au 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats de 2001 aux États-Unis, ce qui a suscité la colère des talibans.

Nishank Motwani, un expert indépendant de l’Afghanistan, a expliqué à l’AFP que les talibans voyaient le retrait américain comme une victoire. Pour eux, «la fin de la république afghane, telle qu’on la connaît, est en vue».

Dimanche, l’armée afghane a également lancé une opération pour reprendre le district de Nerkh (40 km de Kaboul), pris par les talibans avant le cessez-le-feu.

«Aujourd’hui, nos forces ont réussi à reprendre une zone stratégique du district», a déclaré Rohullah Ahmadzai, un porte-parole du ministère de la Défense.

Les forces gouvernementales bénéficient jusqu’ici d’un soutien aérien crucial des États-Unis et rien ne dit qu’elles pourront contenir les assauts des talibans sans l’aide de Washington.

«Ça va être très difficile pour nous d’effectuer des opérations», a déclaré cette semaine à l’AFP un officier afghan sous couvert d’anonymat après le retrait des forces américaines de la base aérienne de Kandahar, qui fut un temps la deuxième la plus grande du pays.

«Nos avions ne peuvent voler la nuit, ce qui fait que les opérations nocturnes seront compliquées».

Quatrième trêve en 20 ans

Les talibans, imités par le gouvernement afghan, avaient annoncé lundi un cessez-le-feu de trois jours pour l’Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du ramadan.

Cette trêve a globalement été respectée par les deux parties. Mais la fragile accalmie a été interrompue vendredi par l’explosion d’une bombe dans une mosquée de la banlieue de Kaboul dans laquelle douze fidèles, dont l’imam local, sont morts.

Les talibans ont nié toute responsabilité dans cet attentat qui a été revendiqué par le groupe État Islamique (EI), selon l’agence américaine SITE, spécialisée dans la surveillance de l’activité en ligne des groupes jihadistes.

La trêve qui s’est achevée samedi soir est seulement la quatrième conclue entre talibans et forces gouvernementales en vingt ans de conflit.

Vendredi, des négociateurs du gouvernement afghan et des membres de la direction du mouvement taliban s’étaient rencontrés au Qatar pour discuter des pourparlers de paix, au point mort depuis des mois.

«Les deux parties sont tombées d’accord pour continuer les pourparlers» après l’Aïd el-Fitr, avaient souligné les talibans dans un tweet.

Mais les insurgés encerclent de plus en plus les grands centres urbains, laissant suggérer qu’ils attendent le retrait des Américains pour déclencher de vastes offensives contre les villes.

Le 8 mai, plus de 50 personnes ont été tuées et une centaine d’autres blessées dans un quartier chiite de la capitale par l’explosion de bombes placées devant une école de filles.

Il s’agissait de l’attentat le plus meurtrier en un an. Les autorités ont accusé les talibans mais ceux-ci ont nié en avoir été les auteurs.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires