Actualisé

États-UnisLes compagnies abîment 30 chaises roulantes chaque jour

Une statistique américaine pour la première fois disponible indique que 7747 chaises pour handicapés ont été endommagées en neuf mois.

par
lematin.ch
Selon les données américaines, American Airlines endommage 3,4% des chaises roulantes transportées.

Selon les données américaines, American Airlines endommage 3,4% des chaises roulantes transportées.

iStock

Aux États-Unis, combien de chaises roulantes sont endommagées lorsqu’elles sont prises en charge par des compagnies aériennes? Cette statistique n’existait. Révélée pour la première fois, elle est édifiante. De janvier à septembre de cette année, 7747 cas ont été recensés. Soit près de 30 chaises abîmées chaque jour…

Cet éclairage, on le doit à la sénatrice démocrate américaine Tammy Duckworth, une ancienne pilote d’hélicoptères de l’armée qui a perdu ses deux jambes en Irak en 2004. En 2017, elle a elle-même subi le problème. Après un vol, lorsqu’elle a récupéré sa chaise, elle ne roulait plus.

«Ils avaient tordu le support métallique comprenant les roulettes», explique-t-elle dans «USA Today». «Nous parlons ici de métal robuste. Je me demande comment on parvient à casser ces chaises?»

Nouveau texte de loi

L’an dernier, cette sénatrice a réussi à faire passer un texte qui force les compagnies aériennes à recenser toutes les chaises roulantes transportées par les airs aux États-Unis. Ainsi que celles qui arrivent en retard à destination, qui sont perdues, volées ou endommagées. Des données désormais envoyées à la Federal Aviation Administration, qui les publie.

De manière globale, 1,6% de toutes les chaises transportées sont récupérées endommagées. Avec un bonnet d’âne attribué à American Airlines, pour qui ce taux grimpe à 3,4%.

Comme de vulgaires bagages

Le problème? Le personnel traiterait ces équipements habituellement placés en soute comme n’importe quel objet, ou comme des bagages ordinaires. Alors qu’ils sont évidemment cruciaux pour la mobilité de leurs propriétaires. «Ces instruments médicaux font comme partie du corps d’une personne handicapée», souligne la sénatrice Duckworth.

«Ce sont des équipements de mobilité essentiels», enchaîne dans «USA Today» l’écrivain de Los Angeles Ben Mattlin, utilisateur d’une chaise électrique. Et de glisser: «Si autant d’animaux étaient blessés chaque jour ce serait un tollé.»

Maintenant que ces statistiques peu glorieuses sont sur la place publique, la sénatrice Duckworth espère que les compagnies vont prendre des mesures pour améliorer la situation. «En fin de compte, il s’agit de traiter les dispositifs médicaux avec respect», a-t-elle conclu.

R.M.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!