Surf: Les compétitions de Paris 2024 à... Tahiti?

Publié

SurfLes compétitions de Paris 2024 à... Tahiti?

L'île de Polynésie, située à 15'700 kilomètres de la capitale française, s'est portée candidate.

La fameuse vague de Teahupo'o, à Tahiti.

La fameuse vague de Teahupo'o, à Tahiti.

AFP

Le surf n'est pas encore officiellement sport olympique que, déjà, il suscite le débat en prévision des Jeux olympiques 2024 de Paris. Ce n'est pas tant son acceptation définitive que le lieu dans lequel se dérouleront les compétitions qui pose problème .

Comme on ne va pas installer un bassin géant sur le Champ-de-Mars et qu'on ne créera pas de vagues géantes artificielles sur la Seine, les compéts de surf seront décentralisées. Mardi, le comité d'organisation de Paris 2024 a officialisé cinq candidatures: Biarritz, le Pays Bigouden Sud (Bretagne), les Landes, Bordeaux-Lacanau et... Tahiti! L'île de Polynésie française est située en plein milieu de l'océan Pacifique, à 15'700 kilomètres et près de 22 heures de vol de la capitale française!

La candidature de Tahiti peut surprendre. Mais elle fait aussi rêver les surfeurs et surfeuses. «La Polynésie, c'est l'origine du surf», a expliqué dans «L'Équipe» le président de la Fédération française de surf Jean-Luc Arassus.

Et, surtout, Tahiti peut offrir un des spots les plus célèbres du monde - un des plus dangereux aussi: celui de Teahupo'o (littéralement: «Le mur de crânes»), qui offre des vagues considérées comme les plus larges et les plus épaisses du monde. Jean-Luc Arassus à son sujet: «Teahupo'o est une vague très exigeante et spectaculaire. L'imaginaire est hyper important, sans compter la culture. Ce serait donc un choix pertinent.»

La distance entre Paris et Tahiti ne sera pas le moindre des obstacles à surmonter pour les initiateurs tahitiens. L'éloignement priverait les surfeurs et surfeuses de l'ambiance olympique et n'irait pas pas sans poser des problèmes logistiques et organisationnels.

D'ici au mois de septembre, le comité de Paris 2024 procédera à la visite des cinq sites candidats. Ceux-ci devront confirmer leur intention en envoyant un dossier complet avant le 30 septembre de cette année. Le site définitif sera désigné début 2020, en attendant la validation définitive par le CIO du surf comme nouvelle discipline olympique. en décembre 2020.

Si Tahiti devait être désigné, ce ne serait pas la première fois que des compétitions se dérouleraient à des milliers de kilomètres de la ville organisatrice des Jeux: en 1956, alors que Melbourne accueillait les JO d'été en novembre et en décembre, les compétitions de hippisme (saut, dressage et concours complet) avaient été annulées et s'étaient disputées en juin à Stockholm, en raison d'une loi australienne imposant une longue quarantaine pour l'entrée d'animaux sur le territoire national.

La vague de Teahupo'o:

Ton opinion