Suisse: Les contrôles policiers racistes dénoncés
Publié

SuisseLes contrôles policiers racistes dénoncés

L'Alliance contre le «racial profiling» demande une modification légale. En «l'absence de soupçons», les contrôles de personnes doivent être interdits.

L'Alliance a organisé une manifestation à Zurich.

L'Alliance a organisé une manifestation à Zurich.

Keystone

Les contrôles policiers racistes doivent cesser. La nouvelle Alliance contre le «racial profiling» appelle notamment les autorités à créer un cadre légal interdisant ces interpellations en l'absence de soupçons. Elle a lancé lundi une campagne en ce sens.

«D'être arrêté, interrogé et fouillé partout et à tout moment fait partie du quotidien de beaucoup de personnes de couleur - surtout des jeunes», écrit l'Alliance dans un communiqué. Des personnes en provenance d'Afrique du Nord ou d'origine arabe, ainsi que des Yéniches, Sintés et Roms sont particulièrement touchés.

L'organisation appelle Confédération, cantons et communes à créer des conditions cadres légales concrètes. Elle demande notamment que la loi sur les étrangers et le code suisse de procédure pénale soient complétés par cette phrase: «En l'absence de soupons, les contrôles de personnes sont interdits».

D'après l'Alliance, les agents de police agissent souvent de manière arbitraire lors de leurs patrouilles. Des personnes leur paraissant «étrangères» sont d'emblée perçues comme sans autorisation de séjour ou supposées avoir commis un crime, critique-t-elle.

Plusieurs affaires

Et de citer le cas d'un Kényan qui avait résisté à un contrôle «raciste» de la police et qui a comparu lundi devant le Tribunal de district de Zurich. Cet homme de 42 ans avait refusé de montrer son passeport suisse à la police municipale lors d'un contrôle, convaincu d'être interpellé en raison de sa couleur de peau.

Amendé, il a refusé par la suite de payer. Le contrôle était justifié, lui a rétorqué le tribunal. La police était à la recherche d'un individu lui ressemblant. L'Alliance qui campait devant le bâtiment a vivement critiqué ce jugement.

Cette affaire fait également écho à un cas relayé par Le Matin. Le journal avait relaté l'histoire d'un Cap-Verdien molesté par la police à Lausanne.

L'Alliance contre le «Racial Profiling» est un réseau de différents activistes, scientifiques, artistes, de spécialistes et d'organisations des droits de l'homme. Elle lutte «contre le racisme institutionnel ancré au sein des corps de police en Suisse».

(ats)

Votre opinion