US Open: Les craintes de Nadal n'étaient pas fondées

Actualisé

US OpenLes craintes de Nadal n'étaient pas fondées

Le numéro 1 mondial s'est facilement qualifié pour les quarts de finale en dominant Alexandr Dolgopolov (ATP 64).

Les craintes de Rafael Nadal (no 1) n'étaient pas fondées. L'Espagnol a dominé Alexandr Dolgopolov (ATP 64) en trois sets secs en 8es de finale de l'US Open. Il monte en puissance au moment idéal.

Rafael Nadal s'est imposé 6-2 6-4 6-1 en 1h41' devant le fantasque Ukrainien pour cueillir son 50e succès à Flushing Meadows. Le gaucher majorquin a de quoi se montrer satisfait: il a enfin réussi son début de partie, lui qui avait concédé le set initial dans ses deux précédentes sorties. Un break signé dès le troisième jeu lui a permis de faire douter d'entrée un adversaire dont le mental demeure des plus friables. Et il n'a jamais relâché la pression. «Je me sentais plus à l'aise sur le court que lors de mes précédents matches, et ce dès le début. Ce break réussi rapidement m'a aidé à me relâcher», a-t-il confirmé.

Six jeux d'affilée

Plus agressif, plus efficace sur son service (12 points perdus seulement sur son engagement lundi) et plus percutant en coup droit que dans ses trois premiers tours, Rafael Nadal n'a pas concédé le moindre break lundi sous le soleil new-yorkais. Il a su attendre son heure dans le deuxième set face à un Alexandr Dolgopolov plus solide et plus accrocheur. Le décuple champion de Roland-Garros faisait alors la différence à 4-4, empochant six jeux d'affilée pour prendre définitivement le large.

Rafael Nadal (31 ans) jouera ainsi son premier quart de finale à New York depuis 2013, l'année de son deuxième et dernier sacre, le septième au total. Il se frottera mercredi à Andrey Rublev (ATP 53), tombeur en trois sets (7-5 7-6 6-3) d'un David Goffin (no 9) diminué par une blessure au genou gauche. Le taureau de Manacor n'a encore jamais affronté le Russe de 19 ans, dont il était l'idole de jeunesse. «Je vais essayer de profiter de ce grand moment. Je n'aurai rien à perdre», a lâché Andrey Rublev, plus jeune quart de finaliste de l'US Open depuis Andy Roddick en 2001.

(ats)

Ton opinion