Publié

ShootingLes débuts de mannequin de Miss Suisse

Dominique Rinderknecht a passé deux jours en vêtements d'hiver pour son premier shooting de mode. «Le Matin» était dans les coulisses.

par
Catherine Hurschler

La canicule pouvait bien envelopper la banlieue de Zurich hier, Miss Suisse 2013 a eu un avant-goût de la prochaine saison hivernale. Pour Schild, dont elle est la nouvelle ambassadrice, Dominique Rinderknecht s'était déjà glissée mardi dans d'épais manteaux pour la préparation du catalogue automne-hiver 2013-14. Hier, la séance photos s'est poursuivie avec des pulls à longues manches, des blazers et des pantalons en cuir noir.

Pour corser le tout, une paire de bottes pointure 37, alors que Miss Suisse chausse du 39, trônait au milieu du stock de chaussures. «C'est pour compléter une tenue avec un manteau. Avec cette chaleur, c'est le seul modèle que notre styliste a trouvé, on verra bien si Dominique arrive à les mettre», explique l'une des responsables de la marque, ravie de travailler avec la jeune Zurichoise. «Nous l'avions déjà repérée parmi les autres candidates du concours. Lors des défilés, Dominique était la seule qui nous rendait les vêtements toujours en ordre et bien pliés.»

Un naturel qui séduit

Pendant que la coiffeuse maquilleuse Daniela tire longuement vers l'arrière les mèches de Miss Suisse pour un look très sage, Jan Schumacher, 33 ans, attend de prendre à son tour la lumière. Avec quatre ans de métier derrière lui, ce mannequin alémanique est séduit par l'efficacité et l'aisance de Dominique Rinderknecht devant l'appareil photo de Thomas Buchwalder. «C'est la première fois que je la rencontre. Elle est épatante de naturel. Je ne connais pas très bien les Miss Suisse, mis à part Jennifer Ann Gerber (ndlr: élue en 2001) avec laquelle j'ai tourné une publicité récemment. Dans mon entourage, j'ai plusieurs amis qui se sont intéressés au concours de Mister Suisse, mais personnellement, c'est quelque chose que je n'aurais pas pu faire. Un Mister ou une Miss Suisse est par exemple continuellement en représentation, cela ne s'arrête jamais pour eux», confie cet ancien physiothérapeute.

Au détour d'une pause, Dominique Rinderknecht, 23 ans, nous dira plus tard que sa nouvelle vie ne la prive de rien, et surtout pas de sa famille. «Dimanche dernier, j'ai pu me reposer et profiter du soleil avec mes amis. C'est aussi comme ça que je recharge mes batteries», dit-elle après un début de règne sur les chapeaux de roues. Hier, entre deux poses, Miss Suisse a aussi inauguré son tout nouveau compte Twitter, où elle racontera son année de règne de manière plus personnelle. «C'est un outil que je dois encore apprendre à maîtriser». En revanche, pour l'élection de Miss Univers prévue en novembre à Moscou, Dominique Rinderknecht pense une nouvelle fois jouer de sa coupe courte pour sortir du lot. «C'est comme ça que je me sens le mieux. Ai-je des chances d'y arriver? On verra bien.»

POLÉMIQUE

Ton opinion