Publié

Présidentielle américaineLes déclarations du vice-président Biden embarrassent Obama

Obama s'est déclaré perturbé par les déclarations de son vice-président Biden jugeant que les propositions du républicain Romney sur les banques revenaient à «remettre des chaînes aux pieds» des Américains.

Joe Biden, vice-président des Etats-Unis et colistier démocrate pour la prochaine élection présidentielle américaine.

Joe Biden, vice-président des Etats-Unis et colistier démocrate pour la prochaine élection présidentielle américaine.

Keystone

Barack Obama a nié mercredi mener une campagne haineuse, comme l'en accusent les républicains, tout en admettant avoir été perturbé par les déclarations controversées de son vice-président Joe Biden.

Celui-ci avait jugé mardi que les propositions du républicain Mitt Romney sur les banques revenaient à "remettre des chaînes aux pieds" des Américains, lors d'un discours dans l'ancien Etat esclavagiste de Virginie.

"Monsieur le président, ramenez votre campagne de division, de colère et de haine à Chicago et laissez-nous reconstruire et réunifier l'Amérique", n'avait pas manqué de réagir Mitt Romney devant ses militants à Chillicothe, dans le sud de l'Ohio.

Interrogé dans le cadre de l'émission Entertainment Tonight, Barack Obama a déclaré que son vice-président avait usé d'un "argument important" concernant le projet républicain de changer de loi et de revenir en arrière. Mais il a également avoué que cette phrase l'avait "perturbé si l'on prend en compte ce qui est en jeu".

Le président sortant a toutefois fait l'éloge de son vice-président dans une autre interview, alors que le magazine People lui demandait s'il s'était entretenu avec Joe Biden depuis ses déclarations.

"Joe Biden a été un excellent vice-président, il est passionné par les sujets qui touchent aux classes moyennes. Donc je lui parlerai d'une manière générale de la campagne", a dit Barack Obama.

"Ce genre de chose fait partie de la couverture des campagnes modernes mais je vais vous dire, quand je voyage à travers l'Iowa, ce n'est pas ça qui occupe l'esprit des gens", a encore dit le président sortant qui achevait mercredi une tournée de trois jours à travers cet Etat du centre des Etats-Unis.

bur-jk/bdx/mf

(AFP)

Ton opinion