Actualisé 30.03.2020 à 09:52

Nouvelle-ZélandeLes délations pleuvent, le site de la police plante

Les forces de l’ordre néo-zélandaises ont lancé dimanche un site pour dénoncer les violations de confinement. Il a été pris d’assaut.

par
lematin.ch
Un livreur apportant des victuailles à un EMS de Christchurch.

Un livreur apportant des victuailles à un EMS de Christchurch.

Keystone

Un site internet créé par la police néo-zélandaise pour signaler les violations des consignes de confinement a rencontré un succès tel qu'il a planté quelques heures seulement après sa mise en ligne, ont annoncé lundi les autorités.

L'archipel du Pacifique Sud vient d'entamer une phase de quatre semaines de confinement pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus. Les Néo-Zélandais sont appelés à demeurer chez eux, et à garder deux mètres de distance entre eux s'ils quittent leur domicile.

4200 signalements

Le chef de la police néo-zélandaise Mike Bush a précisé que le site www.police.govt.nz/105support, lancé dimanche après-midi, avait été tellement consulté qu'il avait temporairement planté.

«Nous avons reçu 4200 signalements de personnes pensant que d'autres ne respectaient pas» les règles de confinement, a déclaré M. Bush. «Cela montre à quel point les Néo-Zélandais sont déterminés à ce que tout le monde respecte les consignes.»

Grosse fête avec 60 personnes

Parmi les infractions signalées, figurait une fête rassemblant une soixantaine de personnes dans une auberge pour routards à Queenstown, une ville très touristique dans l'Île du Sud, mais aussi plusieurs cas de voyageurs poursuivant leur périple en camping car en dépit de l'impératif de confinement.

Le «Guardian» précise que d'autres comportements illégaux ont été dénoncés, par exemple des personnes jouant au rugby ou au frisbee, comme d'autres qui organisent des «fêtes corona» ou encore des feux de joie sur les plages.

Dénonciations abusives

Mais le quotidien note aussi que de nombreux signalements concernent des joggeurs qui étaient près de chez eux ou des personnes qui promenaient leur chien dans leur quartier. Ce qui reste parfaitement autorisé.

«Ces 4000 rapports ne déboucheront pas tous sur une visite de la police. Nous sommes allés là où il y a de grands groupes de personnes qui se rassemblent», a commenté un porte-parole des forces de l’ordre.

Désengorger le 111

Le site semble à nouveau fonctionner. A l’origine il a surtout été créé pour désengorger le 111, le numéro local pour les urgences. La Première ministre Jacinda Ardern a également encouragé ses compatriotes à utiliser le site pour dénoncer les magasins qui feraient flamber les prix.

La Nouvelle-Zélande, qui compte environ cinq millions d'habitants, a répertorié 552 cas confirmés de Covid-19, dont une personne qui en est morte.

AFP/lematin.ch

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!