Actualisé 14.11.2019 à 17:22

Les demandes extravagantes pour les obsèques de Johnny

Argent

Dans son livre, Alexandre Benalla aborde les funérailles du Taulier. Et à l'en croire, sa veuve ne voulait pas tout payer.

par
Lematin.ch
1 / 91
Johnny Hallyday est décédé le 5 décembre 2017, à 74 ans.

Johnny Hallyday est décédé le 5 décembre 2017, à 74 ans.

AFP
David Hallyday ci-contre avec sa demi-soeur Laura Smet lors de l'enterrement de leur père.

David Hallyday ci-contre avec sa demi-soeur Laura Smet lors de l'enterrement de leur père.

AFP
Jade et Johnny Hallyday. Ci-contre, elle fêtait ses 13 ans, le 3 août 2017.

Jade et Johnny Hallyday. Ci-contre, elle fêtait ses 13 ans, le 3 août 2017.

AFP

Le livre d'Alexandre Benalla, «Ce qu’ils ne veulent pas que je dise», regorge de petites anecdotes. L'ex-responsable de sécurité parle des obsèques de Johnny Hallyday, pour lesquelles, affirme-t-il, il a eu un petit rôle à jouer en tant qu’homme de l’ombre du président de la République. Et il n’y va pas de main morte quand il s’agit de détailler les demandes de Laeticia Hallyday auprès de l’Elysées.

Ainsi, la veuve du Taulier aurait demandé qu’une patrouille de France survole le cortège funèbre qui a défilé sur les Champs-Élysées. Demande cependant «retoquée». Laeticia Hallyday aurait également fait envoyer un dossier de remboursement des frais «occasionnés par l’organisation des obsèques».

Nuits d'hôtel, taxis...

Dans ce dossier, on retrouve les fameuses «factures de fleuristes» qui avaient déjà fait parler d’elles il y a un an. Ces factures étaient citées dans le livre de Benjamin Locoge, «La ballade de Johnny et Laeticia». Selon les informations du journaliste de «Paris Match», la dernière épouse du rockeur a fait envoyer à l’Elysée la facture des fleurs, pour un coût entre 20 000 et 25 000 euros. L’Elysée a par la suite démenti avoir avancé l’argent et attendre un remboursement de Laeticia Hallyday.

Mais ce n’est pas la seule facture que la mère de Jade et Joy aurait fait parvenir à la présidence française. «Notes d’hôtel pour le logement de tous les invités», «notes de taxi» et «frais de location de la sonorisation», affirme Alexandre Benalla, à qui le dossier aurait été transmis par Sébastien Farran, manager de Johnny Hallyday à l’époque. «Le manager est revenu à la charge une ou deux fois, puis il a abandonné. Au grand soulagement de tout le monde», peut-on lire dans l’ouvrage.

Cover Media

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!