Haïti: Les députés rejettent le nouveau gouvernement
Actualisé

HaïtiLes députés rejettent le nouveau gouvernement

Le président intérimaire Jocelerme Privert va devoir nommer un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement.

Jocelerme Privert (centre) va devoir trouver un nouveau Premier ministre avant qu'un nouveau gouvernement puisse être choisi, conditions nécessaires pour qu'un conseil électoral puisse être mis sur pied.

Jocelerme Privert (centre) va devoir trouver un nouveau Premier ministre avant qu'un nouveau gouvernement puisse être choisi, conditions nécessaires pour qu'un conseil électoral puisse être mis sur pied.

AFP

L'assemblée des députés haïtiens a rejeté dimanche le gouvernement du Premier ministre Fritz-Alphonse Jean, nommé par le président intérimaire de Haïti Jocelerme Privert.

Le Premier ministre avait besoin du vote de 60 députés sur 75 présents pour obtenir l'approbation de sa déclaration de politique générale et de la composition de son gouvernement. Après une séance de plus de quatre heures, 38 députés ont voté pour, 36 contre et il y a eu une abstention.

Ce sont pour la plupart les députés du PHTK, le parti de l'ex-président haïtien Michel Martelly, qui ont voté contre.

Crise politique

Haïti est en pleine crise politique depuis que le processus électoral a été interrompu en janvier.

En raison de contestations de l'opposition, le second tour de l'élection présidentielle a été reporté, ce qui a empêché Michel Martelly, à la fin de son mandat le 7 février, de remettre le pouvoir à un successeur élu au suffrage universel.

Un accord de sortie de crise signé le 6 février entre Michel Martelly et Jocelerme Privert, alors président de l'Assemblée nationale, a chargé le Parlement d'élire un président intérimaire pour combler le vide institutionnel. Le 15 février, députés et sénateurs ont nommé Jocelerme Privert président intérimaire avec un mandat de 120 jours.

Il faudra un autre Premier ministre

Jocelerme Privert a la responsabilité d'organiser le 24 avril, dans un peu plus d'un mois, le second tour de l'élection présidentielle et des législatives partielles, et doit remettre le pouvoir le 14 mai à un président élu par le peuple.

Après le rejet du gouvernement par les députés dimanche, le président intérimaire va devoir nommer un autre Premier ministre, un nouveau gouvernement, avant de nommer les membres du Conseil électoral.

(AFP)

Votre opinion