GRAND CONSEIL: Les députés vaudois refusent de gracier «Chalom»

Actualisé

GRAND CONSEILLes députés vaudois refusent de gracier «Chalom»

Condamné à mort et détenu dans une SPA depuis l'été 2012 pour avoir mordu à quatre reprises, un chien de race Hovawart n'a pas trouvé grâce auprès des parlementaires. La justice devra trancher.

par
Benjamin Pillard

Nouveau revers dans l'affaire «Chalom», du nom de ce chien Hovawart de 8 ans condamné à l'euthanasie depuis juillet 2012 (une décision du vétérinaire cantonal vaudois confirmée l'an dernier par le Tribunal fédéral). Les députés se sont prononcés à l'instant au Grand conseil sur une pétition de l'association d'animalistes «Pour l'égalité animale» demandant de gracier le canidé qui avait mordu à quatre reprises (dont une grave, qui avait nécessité une greffe), au nom de l'évolution favorable de son comportement dans l'environnement d'une SPA.

Après un débat enflammé de 45 minutes, c'est non - par 108 voix sur 125: le texte sera classé, une récidive de l'animal de pouvant être exclue, même en ordonnant un placement auprès d'éleveurs de Hovawarts dans la région zurichoise qui se sont déclarés prêts à le garder à la place de son maître, un malvoyant domicilié à Yverdon.

«Chalom» restera cependant encore détenu de nombreux mois au refuge de la Société vaudoise pour la protection des animaux. Le Tribunal cantonal vaudois devant encore statuer sur un recours portant sur la saisie de la Commission des grâces du Grand conseil, jugée irrecevable l'an dernier pour un chien.

Ton opinion