No Billag: Les deux camps misent sur le crowdfunding
Publié

No BillagLes deux camps misent sur le crowdfunding

Partisans et adversaires misent sur le financement participatif pour l'initiative qui exige la suppression de la redevance radio-TV.

L'initiative No Billag sera soumise au peuple le 4 mars 2018.

L'initiative No Billag sera soumise au peuple le 4 mars 2018.

archive/photo d'illustration, Keystone

Partisans et adversaires de l'initiative No Billag misent sur le financement participatif pour alimenter leur trésor de guerre. Mais c'est en recourant à des moyens conventionnels que l'association alémanique «Nein zum Sendeschluss» remporte la palme.

Les initiants ont tout juste dépassé la barre des 100'000 francs qu'ils s'étaient fixée. En un mois, ils ont récolté 104'012 francs auprès de 914 donateurs, selon un communiqué publié mercredi sur leur site Internet. Entre-temps, le comité s'est donné pour nouvel objectif d'atteindre les 160'000 francs.

Début novembre, les partisans de l'initiative No Billag ont mis sur pied leur propre plateforme, après que leur campagne sur le site de financement participatif wemakeit a été bloquée. Les exploitants de ce dernier avaient en effet jugé «politiquement dangereuse» l'«orientation extrême» du texte.

2 millions nécessaires

De son côté, Opération Libero, qui combat l'initiative, a déjà presque dépassé l'objectif affiché par les initiants. Mercredi après-midi, après un jour de récolte de fonds, l'organisation, formée de jeunes issus de divers courants politiques aussi bien de droite que de gauche, avait récolté 153'497 francs.

Elle espère récolter 284'981.59 francs d'ici fin décembre. Il s'agit du montant exact qui avait été nécessaire pour combattre avec succès l'initiative de mise en oeuvre.

L'association alémanique «Nein zum Sendeschluss» (non à la fin des émissions) qui s'engage contre l'initiative n'est pas passée par le financement participatif. C'est pourtant elle qui a recueilli le plus de dons avec 520'000 francs au 4 décembre. Mais l'expérience montre qu'un montant de 2 millions est nécessaire pour mener une campagne de votation «vigoureuse», indique l'association sur son site.

L'initiative No Billag exige la suppression de la redevance radio-TV. Elle sera soumise au peuple le 4 mars 2018.

(ats)

Votre opinion